• VIOLENCE anti-syndicale : le rapport 2006 !

     

    PARIS, 18 sept 2007 (AFP) - La Confédération syndicale internationale (CSI) a recensé 144 syndicalistes assassinés dans le monde en 2006 en raison de leurs activités militantes, un chiffre en hausse par rapport à 2005 (115), révèle son rapport annuel sur les violations des droits syndicaux.
    Avec 78 tués, " la Colombie reste le pays le plus meurtrier dans le monde pour les syndicalistes", souligne le secrétaire général de la CSI , le Britannique Guy Ryder, en ouverture du rapport, rendu public mardi.
    La CSI alerte également sur l'augmentation du nombre de "personnes assassinées en raison de leurs activités syndicales" en Asie, notamment aux Philippines, où 33 syndicalistes ont perdu la vie en 2006, et en Afrique, particulièrement en Guinée à cause de "violences policières" contre des manifestations syndicales.
    Au-delà, la confédération recense pour 138 pays la liste de toutes les formes de "violences" et des "arrestations" et "licenciements" frappant les syndicalistes. En 2006, elle a recensé plus de 800 cas de "blessures ou tortures" sur des syndicalistes, près de 5.000 arrestations et quelque 500 emprisonnements.
    Elle pointe un certain nombre de pays où les syndicats sont interdits, comme les Émirats arabes unis ou l'Arabie Saoudite, et ceux qui prohibent tout syndicalisme indépendant, comme la Chine , la Birmanie ou Cuba.
    Les pays occidentaux sont loin d'être exempts de toute critique et la CSI relève qu'aux Etats-Unis "des millions de travailleurs ont été privés de leurs droits d'organisation et de négociation en 2006" par une ordonnance fédérale.
    En Europe, "moins de 10% des entreprises prennent véritablement au sérieux le respect de la liberté syndicale et la promotion de la négociation collective", souligne la confédération.
    La CSI , basée à Bruxelles, fédère quelque 168 millions de salariés de 304 syndicats nationaux dans 153 pays.

    Voir le rapport 2006 : http://www.icftu.org/survey2006.asp?language=EN


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter