•  

    Lorsque la gauche arriva au pouvoir, en mai 1981, nombre de ceux qui avaient participé à la contestation des années 1960 et 1970 considérèrent que cette victoire était un peu la leur : ils pensèrent que les socialistes allaient inventer un nouvel art de gouverner permettant de réconcilier la critique radicale et la réforme effective. Il leur fallut déchanter : les socialistes furent changés par l'exercice du pouvoir et se mirent à dénoncer les mouvements sociaux et les intellectuels qui les soutenaient. Dans le même temps, s'opérait un glissement vers la droite de toute la vie intellectuelle française, produit dans une large mesure par le travail de cénacles idéologiques. C'est le divorce qui s'installa alors entre une gauche officielle gagnée au néo-conservatisme et une gauche critique renvoyée à la radicalité pure qui explique la défaite du candidat socialiste à l'élection présidentielle de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:metricconverter ProductID="2002. C" w:st="on">2002. C</st1:metricconverter>'est de cette séquence - et de ses conséquences actuelles - que Didier Eribon entreprend ici l'analyse historique, théorique et politique.


    votre commentaire
  • At the Same Time: Essays & Speechesby Susan Sontag, edited by Paolo Dilonardo and Anne Jump, with a foreword by David RieffFarrar, Straus and Giroux, 235 pp., $23.00

    Susan Sontag was that unimaginable thing, a celebrity literary critic. Most readers of The New York Review probably would have been able to recognize her on the street, as they would not, say, George Steiner. An icon of braininess, she even developed, like Einstein, a trademark hairdo: an imperious white stripe, reminiscent of Indira Gandhi, as though she were declaring a cultural Emergency. Most readers probably know a few bits about her life, as they do not of any other critic: the girl Susan Rosenblatt—Sontag was her stepfather—in her junior high class in Arizona, with Kant, not a comic book, hidden behind her textbook. Her teenaged marriage to Philip Rieff that was her entry into highbrow society. ("My greatest dream was to grow up and come to New York and write for Partisan Review and be read by 5,000 people.") Her trip to Hanoi in 1968. The mini-skirted babe in the frumpy Upper West Side crowd and her years as the only woman on the panel. The front-page news in 1982 when, after years of supporting various Marxist revolutions, she declared that communism was "fascism with a human face." Her months in Sarajevo in 1993, as the bombs fell, bravely or foolishly attempting to put on a production of Waiting for Godot. Her struggle with cancer. Her long relationship with the glamour photographer Annie Leibovitz. We even know—from Leibovitz's grotesque "A Photographer's Life" exhibition and book—what Sontag looked like in the last days of her life and after her death.

    http://www.nybooks.com/articles/20494

     


    votre commentaire
  •  

    «Les poèmes sont des "bouts d'existence", fruits d'une furieuse bataille dont brouillons ou manuscrits gardent la trace. Mais qu'en était-il de leur existence, avant leur publication en recueil ? C'est le fil que l'on déroule ici : celui de la création, de l'état primitif des poèmes qui paraissent en revue, en plaquettes à tirage limité pour renaître sous un nouveau titre, kidnappés d'un volume, transformés dans un autre. Enfance, premiers écrits, adhésion au mouvement surréaliste, Résistance - autant de moments où Char se révolte et, au cœur du combat, forge ses mots et tisse ses alliances. Une histoire des poèmes imbriquée dans la vie du poète dans un parcours chronologique qui respecte le souci constant de Char de protéger l'intimité de son être. À cet "artisanat furieux" de celui qui œuvre dans son atelier se joignent les peintres, auxquels Char confie le soin d'enluminer ses textes. Des échanges de correspondance avec les philosophes, les poètes, les écrivains : Blanchot, Camus, Éluard, Gracq, Lely, Saint-John Perse ; avec les peintres, dont on trouvera les œuvres reproduites : Braque, Brauner, Giacometti, Valentine Hugo, Wifredo Lam, Matisse, Miró, Picasso, Nicolas de Staël, Vieira da Silva... scandent ce cheminement. Dans l'atelier du poète évoque ce trajet de vie dans le foyer incandescent de la poésie.» Marie-Claude Char.

     

    votre commentaire
  •  

    Un recueil pour redécouvrir, à travers discours, articles, écrits divers, la pensée vivace, claire comme un ruisseau du Tarn, d'un grand homme politique, un intellectuel vrai, un tribun sans pareil, ce jean Jaurès, assassiné le 31 juillet 1914, qui hante les sommets de notre mémoire collective, là où, disait le général de Gaulle, il n'y a pas d'encombrements. Certains des textes ici réunis répondent avec une intensité insoupçonnée à des interrogations d'aujourd'hui - sur la question religieuse, la laïcité, l'engagement colonial ou la justice, cette exigence suprême qui suffira à rallumer tous les soleils. A l'aube du XXIe siècle, à l'heure des bilans et de la recherche d'horizons nouveaux, le moment semble venu de reconsidérer une pensée moins réformiste et débonnaire qu'on ne le croit, généreuse et pugnace, attentive à la société civile en mouvement, à l'air du temps si changeant, appelant à développer le sens critique, à lire le réel, à dire le vrai pour libérer enfin les forces vives de l'humanité - et réhabiliter le politique. "Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire, c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho contre son âme aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques."

     

    votre commentaire
  •  

    L'association des microprocesseurs, de l'accès Internet généralisé et des technologies mobiles va être à l'origine de "la prochaine révolution sociale". Le livre Foules Intelligentes (Smart Mobs) est né de cette intuition. Il décrit comment des groupes importants, dispersés géographiquement et connectés par des technologies simples (téléphone mobile, SMS, e-mail, web...) peuvent être réunis rapidement pour agir collectivement. L'auteur montre les possibilités mais aussi les dangers de l'innovation dans les communications. Depuis les " Lovegeties " au Japon qui s'allument lorsqu'un partenaire est dans les parages jusqu'au renversement de régimes répressifs au Philippines ou au Soudan par des activistes armés de téléphone mobile en passant par les terroristes qui se coordonnent par des messages codés, ces " Foules intelligentes " représentent une nouvelle forme de connexion fondamentalement différente.

     

    [MERCI au conseil de lecture de Nicolas]


    votre commentaire
  •  

    « L'effroyable imposture : Manipulations et désinformations » Tome 2 - Thierry Meyssan - Editions Alphée (25 mai 2007)

    Depuis soixante ans, le Proche-Orient est en guerre ininterrompue. Si toutes les tentatives de paix ont échoué, c'est que les causes réelles du conflit n'ont jamais été clairement exposées. Thierry Meyssan réalise ici une enquête extrêmement documentée qui met à mal de nombreuses légendes médiatiques sur le Proche-Orient et présente une analyse totalement nouvelle des relations entre les États-Unis et Israël et de leurs objectifs communs. Présentée à tort comme une réponse à l'enlèvement de deux soldats par le Hezbollah, l'offensive israélienne contre le Liban, en juillet-août 2006, est l'aboutissement d'un plan longuement préparé. Thierry Meyssan analyse la loi autorisant le président des États-Unis à attaquer le Liban et <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Syrie" w:st="on">la Syrie</st1:PersonName>, l'étrange amitié liant Jacques Chirac au clan Hariri, les ambiguïtés de la résolution 1559, les secrets de l'assassinat de Rafik Hariri. Il révèle les manipulations de l'enquête de l'ONU et l'action des commandos du Mossad au Liban. Revenant sur la nature de l'État d'Israël, l'auteur remet en cause le rôle attribué au mouvement sioniste de Theodor Herzl et dévoile l'action déterminante des leaders politiques évangéliques, en Angleterre et aux États-Unis. Étudiant les plans du Pentagone pour dominer cette région riche en hydrocarbures, il détaille la stratégie choisie pour diviser les populations et démembrer les États, et l'argument du terrorisme islamique mis en scène pour la justifier. Enfin, il montre comment les combattants du Hezbollah ont tenu en échec une armée suréquipée grâce à l'aide discrète de <st1:PersonName ProductID="la France" w:st="on">la France</st1:PersonName>, de <st1:PersonName ProductID="la Russie" w:st="on">la Russie</st1:PersonName> et de <st1:PersonName ProductID="la Chine" w:st="on">la Chine</st1:PersonName>, et de quelques officiers israéliens résolument antisionistes.

     


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    "Ecoute, petit homme ! Ils t'appellent " petit homme ", " homme moyen ", " homme commun " ; ils annoncent qu'une ère nouvelle s'est levée, " l'ère de l'homme moyen "

    Cela, ce n'est pas toi qui le dis, petit homme ! Ce sont eux qui le disent, les vice-présidents de grandes nations, les leaders ouvriers ayant fait carrière, les fils repentis des bourgeois, les hommes d'État et les philosophes. Ils te donnent ton avenir mais ne se soucient pas de ton passé. [...] Un médecin, un cordonnier, un technicien, un éducateur doit connaître ses faiblesses s'il veut travailler et gagner sa vie. Depuis quelques années, tu as commencé à assumer le gouvernement de la terre. L'avenir de l'humanité dépend donc de tes pensées et de tes actes. Mais tes professeurs et tes maîtres ne te disent pas ce que tu penses et ce que tu es réellement ; personne n'ose formuler sur toi la seule critique qui te rendrait capable de prendre en main ta propre destinée. " (Wilhelm REICH)


    votre commentaire
  •  

    PORTRAITS DE FEMMES EXEMPLAIRES - Préface de Beate Klarsfeld
    Parce que L'homme révolté d'Albert Camus ne donne aucun exemple de femme, nous nous sommes intéressées à elles. Et de fil en aiguille... La révolte au féminin réunit une vingtaine de portraits de femmes exemplaires.  Figures emblématiques de la révolte, elles s'inscrivent dans l'histoire contemporaine (de 1789 à nos jours) en Europe et dans le monde.  Ces femmes ont en commun une révolte individuelle jaillie de la colère et de l'indignation contre l'injustice qui a transformé leur vie en combat. Au nom de la liberté et de la justice, elles se sont levées contre l'ordre établi avec un courage et une détermination sans faille. Pour servir leurs idées, elles n'ont pas hésité à mettre leur vie en danger.  Révolutionnaires, anarchistes, résistantes, elles ont laissé des traces de leur action. Qu'elles soient femmes de lettres, exploratrice, avocate ou femmes politiques, elles sont toutes féministes.


    votre commentaire
  •  

    Au printemps 2002, les socialistes convaincus que la campagne de Lionel Jospin menait à la catastrophe s'étaient tu pour ne pas affaiblir davantage leur candidat. J.G. était de ceux là, dont le silence a seulement étouffé une chance d'éviter la catastrophe. Il a désormais résolu de ne plus se taire. Il s'engage résolument contre toute tentative de quelque candidat(e) que ce soit, socialiste ou UMP, de brouiller dans un discours racoleur le clivage qui oppose plus que jamais la droite néolibérale et la gauche socialiste. Une campagne socialiste qui, comme en 2002, au prétexte de gagner des voix sur la droite, viserait un rassemblement au centre en affichant des convergences avec la droite (sur la sécurité, l'éducation, l'Europe, etc.), conduirait à nouveau la gauche à la défaite. Or l'enjeu de l'élection qui vient est bien plus grave que par le passé.
    Car la droite a radicalement changé de nature et avec elle l'enjeu véritable du débat et des élections.

    Lire la suite :

    http://www4.fnac.com/Shelf/article.aspx?PRID=1945985&Mn=2&Origin=LEXILOGOS&Ra=-1&To=0&Nu=1&Fr=0#avisfnac


    votre commentaire
  •  

    Dans ce bref essai, Hubert Védrine poursuit son analyse du monde depuis la chute du mur de Berlin. Pour lui, les Occidentaux ont cru trop vite qu'ils avaient gagné la bataille de l'Histoire et que leurs " valeurs " allaient s'imposer partout. Depuis les grandes illusions des années 1990, les Américains ont été saisis par l'esprit de puissance, les Européens par l'ingénuité. En lieu et place d'une " communauté internationale ", c'est un monde dur, instable et inquiétant qui apparaît, et le fameux " monde multipolaire " risque de se faire sans nous. Face à ces défis, Hubert Védrine préconise de rompre avec cette " Irrealpolitik " stérile, de prendre conscience des nouveaux enjeux, de refonder le réalisme et une politique étrangère efficace ; mais cela suppose une France qui retrouve confiance en elle et une Europe qui sache ce qu'elle veut.

    Fayard (31 janvier 2007)


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    « Contre le communautarisme » est le premier essai de Julien Landfried (éd. Armand Colin), directeur de l'Observatoire du communautarisme.

    Vous pouvez suivre toutes les actualités concernant la sortie de Contre le communautarisme sur son blog dédié www.communautarisme.net/contre.

    <o:p> </o:p>

    Lire la suite :

    http://www.communautarisme.net/Contre-le-communautarisme,-un-essai-de-Julien-Landfried,-directeur-de-l-Observatoire,-en-ventes-a-partir-du-7-mars_a890.html?preaction=nl&id=3125214&idnl=19962&


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     

    Voilà bientôt trois décennies que la " question " des migrations occupe le devant de la scène de nos sociétés. Cela commence à faire beaucoup. Et elle est de plus en plus enveloppée dans des discours ouvertement racistes et xénophobes. Il est urgent de changer notre regard. Qu'on le veuille ou non, l'immigration va encore se poursuivre. Elle viendra de toutes parts. Ou bien on la perçoit comme une menace, et alors c'est la politique de l'obsession anti-immigrés qui prévaut, ou bien on la prend comme un défi, et alors elle appelle à une lutte sans concessions contre toutes les démagogies qui taraudent le lien social, chez nous, aujourd'hui. Il faut le dire clairement : l'immigration est nécessaire car elle est un moyen de puissance économique, sociale et culturelle, pour la France comme pour l'Europe. Et il faut avoir le courage de réaffirmer que notre avenir, c'est celui d'une nation humainement métissée et culturellement unie autour des valeurs républicaines de solidarité, de liberté et de respect de la dignité des citoyens. C'est ce que ce livre démontre. Et ce pourquoi il plaide. Sami Naïr s'appuie autant sur les études les plus récentes que sur sa propre expérience - il a été le premier délégué interministériel au Codéveloppement et aux Migrations internationales (1998-1999) - pour décrire ces grands courants migratoires non seulement en France mais aussi ailleurs dans le monde. Son analyse est portée par la ferme conviction que ces mouvements de populations sont positifs pour les nations qui les accueillent comme pour les pays d'origine qui peuvent en tirer avantage. Car le codéveloppement est la solution la plus efficace et la plus réaliste pour faire de l'immigration une forme nouvelle de coopération entre les pays riches et les pays pauvres.

    Biographie de l'auteur : Professeur d'université, ancien député européen, Sami Naïr est l'auteur de nombreux ouvrages dont Une politique de civilisation (avec Edgar Morin, Arléa, 1997), L'Immigration expliquée à ma fille (Seuil, 1999), L'Empire face à la diversité (Hachette littératures, 2003.)

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique