• TEXTE EXCEPTIONNEL du philosophe MANUEL DE DIEGUEZ : Un de nos grands Maîtres !

     

    La postérité du siècle des Lumières et l'avenir de la pensée mondiale

     

    A propos de la visite du pape Benoît XVI à Paris du 12 au 15 septembre 2008

     

    "Croyez-vous vraiment, M. le Président de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la République">la République</st1:PersonName>, que l'apologie de l'ignorance ait jamais fait progresser une civilisation ? "

     

    Introduction

    Naturellement, tout au long de sa visite en France du 12 au 15 septembre, le pape Benoît XVI aura fait progresser sans le vouloir la démonstration de quelques vieilles évidences, tellement il était devenu criant depuis longtemps que si l'Eglise persévère à se cacher à elle-même le contenu anthropologique de son culte, le vrai danger vient désormais d'une laïcité dont la méconnaissance de sa vocation intellectuelle la contraint à s'associer ouvertement au combat que Rome mène contre le progrès des sciences humaines depuis les Confessions de saint Augustin. Mais un Etat prétendument rationnel et qui aura cessé de servir de moteur mondial à l'humanité de l'intelligence n'aura plus de destin civilisateur. On comprend, dans ces conditions, qu'une France résolument décérébrée s'entendra de plus en plus ouvertement avec le Vatican pour passer sous silence la question de la véritable nature du sacré ; car la peur de Dieu est la clé de la peur de penser.

    Un bon exemple en aura été donné il y a près d'un an, quand M. Nicolas Sarkozy avait déclaré, en sa qualité de chanoine de l'église de Latran, que l'Eglise confiait " l'apprentissage de la différence entre le Bien et le Mal " à des mains plus sûres et plus expertes que celle des instituteurs , alors que tout bachelier d'aujourd'hui a appris sur les bancs de l'école qu'une science née au milieu du siècle dernier, la sociologie, a démontré qu' il n'y a ni Bien, ni Mal absolus et qu'on n'observe jamais que des différences de pesée de ces notions au gré des peuples, des époques et des lieux. De plus, tout lycéen de terminale sait que Durkheim n'a fait que tirer , avec trois siècles et demi de retard, les conséquences logiques de ce qu'on savait depuis la découverte des Indiens par un certain Christophe Colomb en 1492 - découverte dont toute <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Renaissance">la Renaissance</st1:PersonName> n'a cessé de tirer les conséquences depuis Copernic et Galilée jusqu'à l'ethnologie moderne.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Lire la suite :

    http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/laicite/pape.htm

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter