• « Récidive : l'imposture du discours présidentiel », par William Bourdon

     

    La proposition ahurissante, car d'évidence anticonstitutionnelle, faite par le président de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la R←publique" w:st="on">la République</st1:PersonName> de prévoir, en quelque sorte, une double peine, c'est-à-dire de contraindre des délinquants sexuels à être hospitalisés à l'issue de l'exécution de leur peine, a suscité à gauche des commentaires favorables... Certes, ici ou là, quelques réserves d'usage sont faites, mais on sent bien que chacun est embarqué dans une spirale de surenchère électoraliste, en oubliant pourtant quelques évidences qui se volatilisent sous le fracas des contre-vérités.

    On entend par exemple que les pédophiles, et au-delà les délinquants sexuels, seraient plus récidivistes que les autres. C'est archifaux. On évalue à 10 % à 15 % de récidivistes parmi les délinquants sexuels et lorsque l'on consulte le taux de récidive à partir des documents officiels édités par le ministère de la justice, on constate aisément que ceux qui sont poursuivis pour agression sur les biens ou trafic de stupéfiants récidivent nettement plus que les délinquants sexuels.

     

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-948403,0.html

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Août 2007 à 19:22
    Normal, mais malheureux
    Nous vivons dans une ambiance de dictature de l'émotionnel, et c'est normal dans une logique électoraliste. Cependant, c'est très malheureux car les discours à faire peur, à "compatir avec les victimes", quitte à piétiner des règles essentielles de droit et de déontologie, c'est le terreau de toutes les dictatures! Les discours, le show politique, ça remue dans l'homme les pulsions et met en sommeil le cortex. Gare à la manipulation, citoyens, utilisez plutôt vos neurones.
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter