• Le diablotin de Rhénanie : Il voit les problèmes, propose des solutions inadaptées et laisse couver le feu... Bravo !

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    « Construire une Europe politique » par Jürgen Habermas

    <o:p> </o:p>

    J'ai toujours été fier de ma patrie rhénane et de ce qui la caractérise  : le caractère civil de sa tournure d'esprit, sa capacité à maintenir une certaine distance rhénano-prussienne à l'égard de Berlin, et son ouverture à l'Ouest et à l'influence libérale de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la France" w:st="on">la France</st1:PersonName> républicaine. C'est d'ici que <st1:PersonName ProductID="la République" w:st="on">la République</st1:PersonName> fédérale a atteint son objectif de souveraineté — ce qui n'a été possible qu'en relation étroite avec l'unification politique de l'Europe, de même que c'est essentiellement grâce au cadre européen que nous avons retrouvé notre unité nationale. Aussi est-ce le génie des lieux lui-même qui nous invite à réfléchir à ce constat irritant  : la dynamique européenne est, en dépit de ses bienfaits, aujourd'hui en train de s'épuiser.


    Le repli sur l'État national favorise dans de nombreux pays l'introversion  : le thème européen n'a plus bonne presse, et on préfère se concentrer sur l'ordre du jour national. Chez nous, à longueur de talk-show, grands-pères et petits-fils s'étreignent dans l'émotion que fait naître en eux un nouveau patriotisme tout droit sorti de boutiques de "bien-être". Dans la compétition mondialisée, la certitude de saines racines nationales doit rendre "capable d'avenir" une population amollie par les effets de l'État-providence. Voilà bien une rhétorique qui s'accorde avec l'état actuel d'un politique mondiale que son darwinisme social déchaîne.

    <o:p></o:p> 

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-849693,0.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter