• Le Cirque d'Ingrid BETANCOURT !

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    « Comprendre Betancourt » par André-Marcel d'Ans.

     

    [Analyse publiée peu de temps avant sa libération] 

     

    Voici deux aperçus qui éclairent les raisons du calvaire d'Ingrid Bétancourt et contribuent à l'évaluation de ses chances d'en sortir. Deux témoignages dont il est d'autant plus intéressant d'explorer les recoupements qu'ils émanent de deux auteurs très dissemblables, puisqu'il s'agit respectivement d'un spécialiste et d'un lampiste.

     

    Jean-Jacques KOURLIANDSKY : Ingrid Betancourt. Par delà les apparences.

    Préface de Rafael JORBA.

    Éditions Toute Latitude, 123 p., 14 euros.

     

    Adair LAMPREA, avec Jean-Pierre BORIS : Parce qu'il l'ont trahie.

    Récit vécu de l'enlèvement d'Ingrid Betancourt.

    Éditions Hachette Littérature. 181 p., 17 euros.

     

    Le spécialiste, c'est Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l'Institut des Relations Internationales et Stratégiques, et expert du Parti socialiste pour l'Amérique latine. Dans un ouvrage très resserré, cet excellent connaisseur de la région qui, à un moment donné, a suivi de très près l'action d'Ingrid Betancourt, s'applique tout d'abord à dresser le profil sociologique de cette niña bien (fille à papa) de Bogotá, aujourd'hui devenue, seule parmi les centaines d'otages qui partagent son sort dans la jungle colombienne, la madone éplorée dont le sort obnubile la planète médiatique.

    En Colombie, la famille Betancourt fait partie de cette élite où l'on respire naturellement le fric et la politique, cette dernière dans une des deux modalités du bipartisme alternatif qui tient lieu de démocratie dans ce pays, que traversent des inégalités tellement invraisemblables qu'on se demande si y évoquer l'idée de démocratie n'a pas déjà, en soi, quelque chose d'aberrant. Grand bourgeois catholique pratiquant, le père d'Ingrid avait été à deux reprises Ministre de l'Éducation dans son pays avant de venir finir sa carrière à Paris en tant que Directeur adjoint de l'Unesco. Ce furent alors pour sa famille et pour lui-même de longues années cossues passées dans de somptueuses résidences, et pour les enfants Betancourt l'occasion de poursuivre leurs études en français dans les meilleurs établissements que fréquente la jet-set parisien. De cette période, Ingrid a conservé : un carnet d'adresses bien rempli, des amitiés durables et protectrices comme celle de Dominique de Villepin, et enfin les conséquences de son mariage avec un séduisant diplomate qui lui donnera deux enfants ainsi que la nationalité française.

     

    http://laquinzaine.wordpress.com/2008/07/04/comprendre-betancourt-par-andre-marcel-d%E2%80%99ans/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter