• « La remise en ordre des médias par le pouvoir inquiète les professionnels »

     

    L'inquiétude monte chez les professionnels des médias. Depuis quelques mois, les remises en cause de la réglementation qui encadre les métiers du secteur se multiplient. Celle-ci est pourtant garante de leur indépendance vis-à-vis des pressions politiques ou économiques. "Il y a une volonté de mainmise de Nicolas Sarkozy sur les médias. Nous devons réagir en tant que citoyen. Il y a urgence !", s'est alarmé, vendredi 4 juillet, Nicolas Traube, producteur, membre de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Commission Copé" w:st="on">la Commission Copé</st1:PersonName>, au cours d'un rassemblement, vendredi 4 juillet, réunissant, à Paris, syndicats de réalisateurs, de producteurs, d'auteurs et sociétés de journalistes.

    Premier sujet d'inquiétude, la réforme de l'audiovisuel public. Dès l'annonce, par le président de <st1:PersonName ProductID="la République" w:st="on">la République</st1:PersonName>, le 8 janvier, sans concertation avec les ministres et les directions concernés, du projet de suppression de la publicité sur les chaînes publiques et de réorganisation de France Télévisions, le ton était donné.

    Bien que la commission Copé, regroupant, à parité, professionnels et parlementaires, ait été installée par le chef de l'Etat, ses conclusions, remises le 25 juin, n'ont pas pesé lourd face à la volonté présidentielle. Le jour même, M. Sarkozy, qui n'hésite pas à donner directement son avis sur les émissions qu'il aimerait voir à la télévision, fixait lui-même le calendrier de la réforme, le plan de financement, très aléatoire, du service public et annonçait son intention de nommer lui-même le président de France Télévisions.

     

    http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2008/07/05/la-remise-en-ordre-des-medias-par-le-pouvoir-inquiete-les-professionnels_1066826_3236.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter