• « La gauche gomme son clivage européen » par Michel Noblecourt

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    Lionel Jospin s'est vite réjoui du ralliement de Jean-Pierre Chevènement à la candidature de Ségolène Royal. L'ancien premier ministre, qui participait le 12 décembre à une réunion publique à Paris, y a vu un "retour à la raison". Et, a-t-il ajouté amèrement, en se référant au 21 avril 2002 où la candidature de son ancien ministre avait, à ses yeux, contribué à sa défaite, "si ce dispositif avait été respecté, je serais sorti nettement en tête du premier tour et nous aurions peut-être gagné la présidentielle". Le soutien du président du Mouvement républicain et citoyen (MRC), après celui du Parti radical de gauche (PRG), permet à la gauche de gouvernement d'espérer conjurer le spectre d'un nouveau 21 avril. Mais elle tente aussi de gommer son clivage européen du 29 mai 2005.

    <o:p> </o:p>

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-849417,0.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter