•  



    « Pourquoi je n´organise pas de cérémonie de parrainage »
     
    La mobilisation des familles, au sein de nos écoles, témoigne d´une solidarité et d´une humanité admirables. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant des tentatives de récupération qui dénaturent ce mouvement de solidarité. Tout particulièrement, je condamne le discours inacceptable de certains qui comparent la France d´aujourd´hui et celle de l´occupation, le sort des enfants sans-papier et celui des enfants juifs déportés. Cette comparaison n´est pas seulement fausse, elle est indécente.
     
    Le réseau Education Sans Frontière demande aux villes d´organiser des cérémonies de parrainage. La ville du Kremlin-Bicêtre n´organisera pas de telles cérémonies parce que les responsabilités des citoyens ne sont pas les mêmes que celles des élus : la désobéissance civile et son apologie ne sont pas admissibles d´élus en charge de l´intérêt général. La loi démocratique est la loi de tous.
     
    Plus concrètement, soyons lucides : la gauche a expulsé hier, elle expulsera demain, y compris des familles. Les cérémonies de baptême en délégitimant totalement la procédure d´expulsion, jusqu´à assimiler expulsion et déportation, reflètent une position de dérégulation (« Des papiers pour tous ») qui n´aboutit qu´à servir la mondialisation libérale qui demande des travailleurs à bas salaires.
     
    Adversaire de la politique de M. Sarkozy qui met en cause le droit à une vie familiale normale et le regroupement familial, je suis partisan d´une immigration régulée. Les règles sont nécessaires et il n´y a pas de règle sans sanction. Je ne souhaite pas être de ces élus qui se permettent toutes les irresponsabilités dans l´opposition avant de changer de discours après les élections. Notre pays mérite mieux que ça, les familles concernées aussi. Ce ne sont pas de baptêmes symboliques dont le pays a besoin mais d´une régularisation des personnes qui se trouvent piégées dans la situation créée par le Ministre de l´Intérieur depuis 2002 : des règles plus dures dont l´application est impossible.
     
    Oui, demain, il faudra mener une régularisation des personnes en situation irrégulière mais je n´ai pas l´irresponsabilité d´appeler à une régularisation totale. Des critères justes devront être posés, en premier lieu l´ancienneté de résidence. La République doit prendre la mesure des impasses de la politique migratoire menée depuis 2002, en mettant en place une politique de l´immigration qui passe par le démantèlement des filières du travail clandestin, la lutte contre les trafiquants de main d´oeuvre et le co-développement des pays d´émigration.
     
    Jean-Luc LAURENT
    Maire du Kremlin-Bicêtre
    Vice-Président du Conseil Régional d'Ile-de-France


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique