• Immigration : « La militarisation des frontières »

    Peu avant la conférence de Rabat, 14 pays européens décidaient d'un déploiement armé contre les flux africains.


    Par Ali BENSAAD, maître de conférences à l'université de Provence, enseignant-chercheur à l'Institut de recherche et d'études sur le monde arabe et musulman.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    La conférence euro-africaine sur la migration, au début du mois à Rabat, a consacré le traitement répressif qui a été de mise, jusque-là, de la question des migrations subsahariennes. Deux faits majeurs auguraient déjà de la consécration de cette conception. Trois semaines avant l'ouverture de la conférence et le jour même de la célébration de la journée mondiale du réfugié (le 20 juin), quatorze pays européens décidaient, en appui de l'Espagne, d'un déploiement militaire (naval et aérien) pour contrer les flux migratoires africains. Cette décision intervenait deux semaines après la conférence préparatoire de Dakar, où le document (confidentiel) élaboré est surtout un inventaire de mesures répressives qui se veulent «audacieuses»,  «rapides» et «tangibles» par ses auteurs.

    <o:p> </o:p>

    http://www.liberation.fr/opinions/rebonds/195390.FR.php


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter