• « Il faut systématiser les aménagements de peine et la liberté conditionnelle" Pierre Tournier, chercheur au CNRS

     

    Quel peut être l'impact de l'abandon des grâces présidentielles et de l'instauration des peines planchers sur la surpopulation pénale ?

    L'impact de la fin des grâces sera plus important que je ne le pensais, car il entraîne un allongement de la durée de détention, qui s'ajoutera au mouvement de 3 000 détenus qui sortaient généralement après le 14-Juillet. Il entraînera une augmentation de la population carcérale, qu'on peut évaluer entre 5 700 et 7 500, dans un délai d'environ cinq ans. J'ai estimé que les lois sur les peines planchers aboutiraient à une augmentation de 10 000 détenus, dans le même délai. Cela veut dire que l'"effort" fait par l'administration pénitentiaire dans la construction de nouvelles places de prisons sera annulé par l'effet des lois Dati et l'abandon des grâces, s'il n'y a pas de refonte radicale de la politique pénitentiaire.

     

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-951486@51-951581,0.html

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter