• Le « débat » Obama-Cheney et la menace de dictature aux Etats-Unis

    L'incroyable confrontation publique entre le président Barack Obama et l'ancien vice-président Dick Cheney survenue jeudi matin a dévoilé la fragilité du gouvernement constitutionnel et la profonde crise de la démocratie américaine.

    Par Joe Kishore  25 mai 2009

    Lors de son discours public aux Archives nationales de Washington, Obama a accusé la précédente administration de violer la Constitution. Ce discours d'Obama, consacré à la défense de sa décision de fermer le camp de prisonniers de Guantanamo, avait été planifié à la dernière minute. L'objectif était clairement de contrecarrer l'attaque de Cheney, le président en ayant été averti. 
    L'attaque est survenue seulement quelques minutes après la fin des remarques d'Obama. Cheney, s'adressant à des membres d'un groupe de réflexion de droite du renseignement, a dénoncé le président de façon provocatrice et acerbe. Tournant en dérision les critiques d'Obama sur la politique d' « interrogatoire musclé » de l'administration Bush, autrement dit la torture, l'ancien vice-président a presque accusé le président de vouloir aider et encourager les ennemis des Etats-Unis.
    Cheney se trouve au centre d'une campagne de plus en plus incisive visant à mobiliser l'opposition au Congrès et, encore plus inquiétant, parmi ses alliés politiques et sympathisants dans l'armée et la Central Intelligence Agency, contre l'administration Obama. Le développement de l'influence de cette campagne a été reflété par le vote écrasant mercredi au Congrès qui s'est opposé au plan d'Obama de fermer la prison de Guantanamo.

    http://www.alterinfo.net/Le-debat-Obama-Cheney-et-la-menace-de-dictature-aux-Etats-Unis_a32794.html


    votre commentaire
  • « La fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale » par Pierre Hillard

    Lorsqu'on parle d'un "think tank", on pense tout de suite à une institution américaine. On ignore souvent la puissance des fondations allemandes et leur capacité d'influence sur les politiques définies au sein de la communauté euroatlantique. Tel est le cas de la Fondation Bertelsmann, adossée à la grande entreprise du secteur de l'édition et des médias.

    Forte de plus de 300 collaborateurs, la Fondation est capable d'intervenir sur tous les grands sujets qui intéressent les acteurs de la mondialisation.

    Outre un engagement dans le domaine de la santé, il est peu de débats concernant l'avenir de l'Union européenne auxquels elle n'ait pas imprimé sa marque. Dans un contexte de tensions entre les États-Unis et l'Europe, la Fondation Bertelsmann se voit un rôle de médiatrice. Mais, ce qui l'intéresse surtout, comme le montre l'auteur, c'est d'imaginer les contours d'une "gouvernance mondiale".

    Alors même que la Fondation a largement contribué au consensus transatlantique des trente dernières années, la crise actuelle sert à la Fondation à rebondir : jamais, plaide-t-elle, on n'avait eu autant besoin de cadres globaux pour la communauté internationale. Cette enquête, remarquablement documentée, éclaire bien des décisions politiques des années récentes.


    votre commentaire
  • « Le paysan du Danube et le roi de France »

    Qui ne se souvient de la fable de La Fontaine intitulée Le paysan du Danube? On y entend un "certain paysan des rives du Danube " dont toute la " personne velue représentait un ours, mais un ours mal léché", exposer à Rome les forfaits de l'empire sur ses arpents.

    Les rôles se seraient-ils inversés? Le paysan du Danube viendrait-il maintenant se plaindre au Sénat de la ville éternelle de la pesanteur des féodalités locales de sa province et de leur pouvoir de corruption sur la magistrature assise et debout de l'empire romain? Nos campagnes seraient-elles devenues la proie de l'avarice et de l'arbitraire locaux à la suite du retrait désastreux des légions de Germanicus et de Drusus? J'ai imaginé que la France serait demeurée une monarchie de droit divin au cœur d'une Europe convertie à la démocratie et que notre rustre danubien qui, "sous un sourcil épais avait l'œil caché, le regard de travers, nez tortu, grosse lèvre", viendrait exposer les déboires de sa province à Versailles.

    Le 15 décembre 2008 j'ai mis sur mon site un texte intitulé La France et sa justice qui démontrait mon ahurissement de ce qu'en province, la décentralisation administrative inaugurée par la gauche en 1981 a conduit les Parquets et les Parquets généraux de la République à cautionner des huissiers délinquants et à s'en rendre les complices en pleine connaissance de cause, afin de renforcer en toute illégalité le poids politique des corporatismes locaux. Cette subversion concertée de l'unité de la nation et de la cohérence de son appareil de la justice exige une provincialisation intensive du Ministère public de la France. Ce triste constat est d'ores et déjà devenu national, puisque, dès le 10 juillet 2008, la Cour européenne de justice a fait valoir que le titre de magistrat devait se trouver purement et simplement retiré aux titulaires actuels de la fonction de procureurs de la Ve République, et cela non seulement en raison de la soumission du Ministère public au pouvoir exécutif du moment, qui les a réduits au rang de "préfets judiciaires", mais également en matière de lutte contre la délinquance.

    Lire la suite :

    http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/actualite/danube.htm

     


    votre commentaire
  • « Comment sortir du dollar sans douleur ? »

    La Chine, le Japon et d'autres nations propriétaires de bons du Trésor voient leurs avoirs décliner et souhaitent sortir en douceur du système qui a fait du dollar la monnaie de réserve mondiale. Une transition délicate, selon Immanuel Wallerstein, du Centre Fernand Braudel à l'Université de Birmigham.

    Quand le Premier ministre chinois Wen Jiabao déclarait en mars 2009 qu'il était « un peu inquiet » de l'état du dollar américain, il ne faisait que répercuter le sentiment des Etats, des entreprises et des individus dans le monde. Il invitait les Etats-Unis à « tenir leurs promesses, honorer leurs engagements et garantir la sécurité des avoirs chinois ». Il y a encore cinq ans, de tels propos seraient passés pour une demande très présomptueuse. A présent, cette invite apparaît « compréhensible » aux yeux même de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale de San Francisco, qui considère cependant que les propositions chinoises d'une monnaie de réserve internationale sont « loin d'être une alternative réalisable».

    http://www.marianne2.fr/Comment-sortir-du-dollar-sans-douleur_a179920.html


    votre commentaire
  • «  Election européenne du 7 juin 2009 : refuser la mascarade ! »

     

    - Communiqué officiel des clubs Penser La France  -

     

     

    Le 7 juin prochain, les Français sont appelés à désigner leurs représentants au Parlement européen, le mal nommé. Ce parlement ne représente pas la nation européenne qui n’existe pas. Il ne dispose pas plus d’un quelconque pouvoir législatif véritable.

     

    Cette Europe là est l’institutionnalisation d’une idéologie mondialiste - au service d’un type de capitalisme – qui nous mène droit dans le mur.

     

    Nos démocraties nationales sont bafouées. Les principes qui fondent notre contrat social sont foulés au pied par cette Europe imposée aux peuples quand ils la refusent.

     

    Cette Europe là est un coup d’état permanent. Elle se construit jour après jour dans le mensonge.

     

    Tout naturellement, l’ensemble des candidats du 7 juin appelle à sa réforme.

     

    Ceux issus des grandes formations politiques de gauche comme de droite mentent. Ils appuient – reniements après reniements – la mise en œuvre d’un modèle libéral insupportable. Les autres qui la dénoncent sincèrement seront dépourvus de véritables outils pour la refonder entièrement. Piégés, ils deviennent ainsi les faire-valoir d’un système prétendument démocratique.

     

    Les Clubs "Penser La France" appellent à une rupture totale avec cette Europe là.

     

    Nous devons dénoncer cette construction européenne comme processus de destruction de la France, de son modèle républicain.

     

    Aussi, les clubs "Penser La France" appellent l’ensemble des Français à voter blanc lors de ce scrutin européen du 7 juin 2009.

     


    votre commentaire
  • Réforme territoriale et développement

    Mardi 26 mai 2009 à 18h

    Maison de la Chimie

    75007 Paris

    Inscription : res-publica@wanadoo.fr.

    Avec la participation de : Jean-Pierre Duport, Conseiller d'Etat, ancien Datar et ancien préfet de la région d'Ile de France ; Philippe Lefebvre, Observatoire des pôles de compétitivité ; Patrick Quinqueton, Conseiller d'Etat, Elu de la communauté d'agglomération du Val de Fensch ; Pierre Veltz, Directeur de la mission d'aménagement du Grand Paris, ancien directeur de l'Ecole des Mines ; Jean-Pierre Chevènement, Président de la Fondation Res Publica


    votre commentaire
  •  

    Rencontre jean-luc Pujo ( Militant MRC de JP Chevènement, auteur républicain et président des clubs "Penser la France") et Gérard Schivardi, ancien candidat à l’élection présidentielle 2007, soutenu par le Parti des travailleurs (PT).

     

    Comment ne pas dire nos convergences totales pour une autre Europe ?

     

    Le 7 juin 2009 : vote blanc ou Boycott, c’est au choix ... Mais refusons cette mascarade !

     

    Apéritif après un débat politique animé de 2H00 sur JR.TV en Languedoc – ELECTION Européenne 2009.

     


    votre commentaire
  • François Bayrou et la République laïco-religieuse

    A propos de "Abus de pouvoir" (Plon 2009)

    1-      Le retard scientifique des classes dirigeantes d'aujourd'hui

    C'est dans une singulière équipée pseudo culturelle et pseudo philosophique, donc également pseudo politique que celle dans laquelle nous entraîne un Président de la République et un candidat à sa succession ardents à débattre entre eux de la nature et de la finalité des religions en général et de la chrétienne en particulier. Mais peut-être à quelque chose malheur est-il bon, comme dit l'adage, parce qu'il peut naître quelques avantages du ridicule même du spectacle de deux hommes politiques de haut rang attachés à débattre en public des mérites respectifs des astronomies de Ptolémée et de Copernic et secrètement de mèche pour refuser l'inconfort d'un univers auquel un certain Albert Einstein a découvert quatre dimensions il y a de cela cent cinq ans.

    Mais si, en ce triste début du IIIè millénaire, la France à trois dimensions se livre encore à la face du monde à une querelle aussi anachronique que celle du Moyen Age entre les réalistes et les nominalistes, le retard intellectuel que présentera la haute classe dirigeante de l'Europe aura des chances de devenir révélateur du fond du problème et éclairer la vraie question aux yeux des simianthropologues d'avant-garde, parce que l'évidence se trouvera enfin démontrée aux yeux de la planète d'Euclide elle-même qu'au XXIe siècle, le pouvoir régnant n'est pas mieux informé des conquêtes de la connaissance des arcanes psychogénétiques de notre espèce sur les cinq continents que l'Eglise du XVIe siècle n'avait retrouvé le soleil de Démocrite sous celui de Copernic. Au contraire , dirais-je, parce qu'il est plus difficile aux hommes politiques de notre époque de s'informer les progrès de la connaissance de l'ADN du sacré qu'aux contemporains de Descartes et de Galilée de placer Hélios au centre du système solaire.

    http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/laicite/bayrou.htm


    votre commentaire
  • Trop de ruptures pour le complexe militaro industriel : Israël, Amérique du sud, Cuba, Russie ... et Iran !

    « Le joli mois de mai »

    15 mai 2009 - En 1963, le réalisateur John Frankenheimer tourna un film promis à une certaine célébrité hors de la seule cinéphilie: Sept jours en mai (avec Burt Lancaster et Kirk Douglas). Il est aujourd'hui reconnu quasi-officiellement que le film avait été encouragé par John Kennedy dans le but politique très précis de la dénonciation des pressions militaristes de certains chefs militaires US sur la direction politique du pays; une aide technique massive de la Maison-Blanche concrétisa ce soutien. Le film raconte l'histoire d'une tentative de coup d'Etat militaire conduit par le président du comité des chefs d'état-major, le général Scott (Lancaster), et déjouée par l'intervention du colonel Casey (Douglas), officier de liaison du général Scott. Kennedy avait soutenu ce film pour mettre en évidence le danger, non de l'extrême-droite comme l'affirment les obsédés du domaine, mais de la branche la plus active du complexe militaro-industriel. Kennedy avait eu un aperçu assez effrayant du comportement de ces chefs militaires lors de la crise de Cuba, avec un général LeMay, chef d'état-major de l'USAF, qui manigançait continuellement l'occasion d'une attaque nucléaire contre les Russes. Après la crise, Kennedy avait confié à John Kenneth Galbraith, en commentaire du récit de ces diverses circonstances: «Parfois, je me demande si ces types, ces généraux, font partie de la même espèce que nous.» Galbraith avait son idée là-dessus.

    C'est à ce film, bien entendu, et à ces circonstances que fait allusion le site WSWS.org, ce 13 mai 2009: «Seven Days in May, 2009». L'article mentionne trois événements durant les quelques jours qui viennent de s'écouler, qu'il présente comme le signe d'une grande nervosité, - offrant plus loin une interprétation générale se rapprochant du film.

    http://www.dedefensa.org/article-le_joli_mois_de_mai_16_05_2009.html

    [Merci à Jean-Marc]

     


    votre commentaire
  • Le scandale du mal logement en France : Des pouvoirs publics largement incompétents ! 

    Des promesses politiques devenues mensonges !

    Depuis notre premier campement citoyen du canal Saint-Martin, durant l'hiver 2006/2007, à Paris, notre combat n'a jamais cessé. Pendant deux ans, notre petite équipe de bénévoles n'a pas ménagé sa peine, aux côtés des associations, aujourd'hui réunies dans une inter associative, pour essayer d'infléchir l'action des pouvoirs publics envers les mal-logés. Nous avons parcouru la France pour des projections/débats de notre film « Enfant de Don Quichotte - Acte 1 ». Nous avons participé, et participons encore, à des discussions avec le gouvernement pour tenter d'améliorer la situation.

    Mais force est de constater que ces années passées à attendre l'application des engagements pris suite au mouvement de mobilisation national qu'avait suscité notre action n'ont pas servi à grand chose, malgré le vote de la loi sur le droit au logement opposable, essentielle à bien des égards, mais largement inappliquée et inapplicable en l'état.

    Face au manque de volonté politique et alors que la crise du logement ne cesse de s'aggraver, il y a urgence à imposer de nouveau dans l'espace médiatique, et donc... dans l'agenda gouvernemental, le thème de la lutte contre le mal logement.

    http://www.lesenfantsdedonquichotte.com/

     


    votre commentaire
  •  

    « Chacun de nous peut personnifier en elle son idéal. Êtes-vous catholique ? C'est une martyre et une sainte que l'Église vient de mettre sur les autels. Êtes-vous royaliste ? C'est l'héroïne qui a fait consacrer le fils de saint Louis par le sacrement gallican de Reims... Pour les républicains c'est l'enfant du peuple qui dépasse en magnanimité toutes les grandeurs établies... Enfin les socialistes ne peuvent oublier qu'elle disait :

    "J'ai été envoyée pour la consolation des pauvres et des malheureux."

    Ainsi tous les partis peuvent se réclamer de Jeanne d'Arc. Mais elle les dépasse tous. Nul ne peut la confisquer. »

    Maurice Barrès.

     

    Présentation de l'éditeur : Elle surgit comme un météore lors de la période sombre de la guerre de CentAns. LesAnglais revendiquent le royaume de France.Le Nord conquis, ils mettent le siège devant Orléans pour s emparer de la partie Sud, restée fidèle au roi CharlesVII. Le 8 mai 1429, une jeune paysanne que rien ne prédestinait au métier des armes libère la ville. Elle a 17 ans. Comme le voulait Jeanne, lesAnglais seront boutés hors du royaume. Elle ne verra pas cette libération. Faite prisonnière à Compiègne, elle sera brûlée vive à Rouen, le 30 mai 1431. L'élan qu'elle avait donné fut décisif pour la victoire. La mémoire collective élèvera La Pucelle au rang d'une héroïne nationale dont on ne trouve aucun équivalent dans l'histoire du monde. Un petit livre pour un grand sujet. Écrit avec vigueur et talent par un expert.

    Alain Bournazel, diplômé de Saint-Cyr et de l'ENA, ancien Contrôleur général est un spécialiste de l'histoire militaire à laquelle il a consacré de nombreuses études.

    [Merci à Paul-Marie]


    votre commentaire
  • La faim menace plus de 3,5 millions d'enfants de moins de cinq ans. Dans quel pays d'Afrique ? Tout simplement aux USA.

    Le Dr. Ellen Bassuk présidente du National Center on Family Homelessness a ainsi déclaré que 1,5 millions d'enfants étaient SDF aux USA. Source : http://mwcnews.net/content/view/29970 

    En effet, le taux de chômage est désormais là-bas de 8,9%. Il y a donc 13,7 millions de chômeurs (avril 2009). Il faut ajouter à cela 5,5 millions de personnes non comptabilisées (Le Monde du 6 mars 2009) et 9,3 millions de personnes contraintes de travailler à temps partiel.

    Or, avec 650 000 chômeurs par mois en moyenne, les USA auront 19 millions de chômeurs à la fin de l'année (si tout va bien !), soit 11% de chômeurs.

    Si l'on ajoute les 2,3 millions d'Américains en prison, (record du monde puisque la Chine ne détient « que » 1,6 millions de personnes) et 3,5 millions de SDF nous obtenons le chiffre de 40,2 millions de personnes.

    Il faudrait aussi ajouter les retraités qui ont perdu l'essentiel de leur retraites. La Pension Benefit Guarantee Corporation (PBGC) qui a déjà un déficit de 13 milliards de dollars (évaluation de la cour des comptes américaines : GAO) devra garantir les pensions de millions d'Américains, ce qui lui est impossible. Par exemple, General Motors doit verser 12,3 milliards de dollars pour les retraites avant 2014 (source : Moneynews.com du 6 mars 2009). L'état devra là aussi intervenir pour éviter l'effondrement de son système de retraite. Source : rapport GAO du 17 janvier 2008.

    D'ailleurs, comme l'indique Paul Jorion sur son blog le 9 mai, « le nombre des Américains toujours employés bien qu'ayant atteint l'âge de la retraite continue de croître, pour atteindre pour la première fois les 16,9 % ».

    http://feedingamerica.org/newsroom/press-release-archive/child-food-insecurity.aspx

    [Merci à Erik]


    votre commentaire