• votre commentaire

  • [Merci à Patrick de Nantes] 


    votre commentaire
  •  

    « La radiographie des peuples dans le miroir de leurs dieux Jahvé et Allah »

     

    Aux yeux des historiens prospectifs de l'histoire de la planète des armes et des songes, il y aura un avant Gaza et un après Gaza de la radiographie des peuples dans le miroir de leurs dieux. En lieu et place de l'affrontement prophétisé par le professeur Huddington entre l'Islam et la démocratie mondiale, une course de vitesse s'engagera entre une géopolitique de la dignité humaine dont l'élan sera nourri par la ferveur et la fureur de l'opinion publique de la planète, d'une part et, d'autre part, un Occident dont la vassalisation sous la houlette de leurs Etats républicains illustrera un culte de la "Liberté" complice d'un génocide.

    Deux formes de la lente conquête de leur maturité politique par les peuples nés des idéaux de 1789 se partageront alors le destin du monde: on verra les masses arabes tenter de secouer le joug de leurs dirigeants aussi corrompus par leur piété ritualisée que le haut clergé chrétien du Moyen-âge par le trafic des indulgences, de l'autre, on verra l'Europe laïque mener le même combat contre sa classe dirigeante pourtant élue au suffrage universel. Car deux siècles après la Révolution française, le vote populaire se trouve encore si peu informé des arcanes de la politique internationale qu'il a autant de retard à rattraper dans ce domaine que les foules musulmanes rigidifiées à l'école de la falsification du Coran par leurs nababs du pétrole.

    Le "génocide démocratique" de Gaza aura du moins révélé que l'obscurantisme politique des masses républicaines de l'Europe est devenu parallèle à celui des souverains arabes, qui feignent de se plier aux vrais enseignement de Mahomet, à l'image des gouvernements occidentaux, qui récitent leur credo à se prétendre les pieux serviteurs de deux déesses, la Liberté et la Justice - mais qui n'ignorent en rien qu'ils s'agenouillent seulement devant deux totems verbaux importés d'Outre-Atlantique. Les rois arabes, eux, ne sont pas encore tous entièrement placés sous le commandement direct d'un empire de Manès qui entend diriger le globe terrestre au nom du combat éternel du Bien contre le Mal.

     

    Lire la suite :

    http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/moyen_orient/miroir.htm

     


    votre commentaire
  •  

    On entend souvent dire que la victoire de Barack Obama représente la réalisation du rêve de Martin Luther King d'une émancipation totale des Noirs : ce dont le pasteur rêvait est devenu réalité. Vraiment ? Au printemps 2008, alors que les Etats-Unis commémoraient la mort tragique de Martin Luther King, Henry Louis Taylor faisait remarquer avec amertume que "la seule chose que nous sachons est que cet homme avait un rêve. Nous ne savons pas quel était ce rêve".

    Cet effacement de la mémoire historique concerne notamment l'époque située après la marche sur Washington, en 1963, où King était acclamé comme "le leader moral de notre nation". Il privilégia ensuite les problèmes de la pauvreté et du militarisme parce qu'il pensait que ces questions, et non le seul spectre de la fraternité raciale, étaient décisives pour faire de l'égalité une réalité. Il en paya le prix fort puisqu'on le traita de plus en plus comme un paria. Le danger auquel Obama s'exposait lors de sa campagne était celui-là, ce que la censure historique fit plus tard subir à King, ce qu'il s'imposait déjà lui-même : le "nettoyage politique" de son programme des sujets litigieux afin d'assurer son éligibilité.

    Rappelons-nous La Vie de Brian, qui se déroule à l'époque du Christ : le chef d'une organisation de résistance juive affirme que les Romains n'ont apporté aux juifs que la misère ; lorsque ses disciples lui font remarquer que les Romains ont tout de même introduit l'enseignement, construit des routes, développé l'irrigation, etc., il conclut sur un ton triomphant : "D'accord, mais à part le système sanitaire, l'enseignement, le vin, l'ordre public, l'irrigation, les routes, le système d'eau potable et la santé publique, qu'est-ce que les Romains ont fait pour nous ? Ils nous ont juste apporté la misère !" Les dernières déclarations de Barack Obama ne suivent-elles pas la même logique ? "J'incarne une rupture radicale avec la politique de Bush ! Certes, j'ai plaidé pour un soutien total à Israël, pour le maintien du boycott de Cuba... mais j'incarne quand même la rupture radicale avec la politique de Bush !"

     

    http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/01/31/apres-sa-version-barbare-voici-l-empire-americain-a-visage-humain-par-slavoj-zizek-philosophe-slovene-professeur-a-l-universite-de-ljubljana_1149055_3232.html

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    votre commentaire