• Les Clubs « Penser la France » et <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on">Jean-Luc</st1:PersonName> Pujo

    vous invitent à une rencontre dédicace

     

    Le Samedi 7 février 2009

     

    à SAINT DENIS

    Nécropole des Rois de France

     

    16h00 - signature de Jluc Pujo

    Brasserie « Le Khedive »

    3, place Victor Hugo

    (Face à la basilique)

     

    A 14h30 une délégation des Clubs « Penser la France » visitera la basilique de Saint-Denis.

     

    Blog de l'auteur : http://delafrance.blogg.org

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    votre commentaire
  •  

    « Obama on Israel-Palestine » By Noam Chomsky

    Barack Obama is recognized to be a person of acute intelligence, a legal scholar, careful with his choice of words. He deserves to be taken seriously - both what he says, and what he omits. Particularly significant is his first substantive statement on foreign affairs, on January 22, at the State Department, when introducing George Mitchell to serve as his special envoy for Middle East peace.

    Mitchell is to focus his attention on the Israel-Palestine problem, in the wake of the recent US-Israeli invasion of Gaza. During the murderous assault, Obama remained silent apart from a few platitudes, because, he said, there is only one president - a fact that did not silence him on many other issues. His campaign did, however, repeat his statement that "if missiles were falling where my two daughters sleep, I would do everything in order to stop that." He was referring to Israeli children, not the hundreds of Palestinian children being butchered by US arms, about whom he could not speak, because there was only one president.

    On January 22, however, the one president was Barack Obama, so he could speak freely about these matters - avoiding, however, the attack on Gaza, which had, conveniently, been called off just before the inauguration.

    Obama's talk emphasized his commitment to a peaceful settlement. He left its contours vague, apart from one specific proposal: "the Arab peace initiative," Obama said, "contains constructive elements that could help advance these efforts.  Now is the time for Arab states to act on the initiative's promise by supporting the Palestinian government under President Abbas and Prime Minister Fayyad, taking steps towards normalizing relations with Israel, and by standing up to extremism that threatens us all."

    http://www.zcommunications.org/znet/viewArticle/20364 

    TRADUCTION : "Obama et la question israélo-palestinienne", par Noam Chomsky

    Cynisme et tromperie, sont des deux mots qui reviennent le plus souvent sous la plume de Noam Chomksky, pour qualifier l'attitude du nouveau président américain, concernant la situation au Proche-Orient.

    "Tout le monde s'accorde à reconnaître en Barack Obama un homme à l'intelligence aiguisée, et un juriste chevronné particulièrement précis dans le choix de ses mots. On doit donc prendre Obama au sérieux - tant dans ce qu'il dit que dans ce qu'il tait. D'une signification particulière, sa première déclaration substantielle en matière d'affaires étrangères, le 22 janvier, au Département d'Etat : il intronisait alors George Mitchell, duquel il faisait son envoyé spécial au Moyen-Orient.

    On attend de Mitchell qu'il focalise son attention sur le problème israélo-palestinien, au lendemain de la récente invasion américano-israélienne de Gaza. Durant cet assaut meurtrier, Obama est resté silencieux, n'émettant que quelques platitudes, au motif, disait-il, qu'il n'y aurait eu qu'un seul président des Etats-Unis - alors que cela ne l'avait jamais incité à se taire sur bien d'autres questions. Sa campagne, en revanche, avait lourdement insisté sur cette déclaration du même Obama : « Si des roquettes tombaient là où mes deux filles dorment, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour arrêter ça ! ». Il faisait allusion aux enfants israéliens (est-il besoin de le préciser ?), et non aux centaines d'enfants palestiniens en train d'être massacrés par des armes de fabrication américaine, dont, évidemment, il ne pouvait pas parler, puisque - combien de fois faudra-t-il vous le répéter ? - il n'y avait qu'un seul président qui fût en mesure de le faire (mais qui n'en avait nulle envie) ?!

    Toutefois, le 22 janvier, le seul et unique président des Etats-Unis est devenu un certain Barack Obama. Par conséquent, celui-ci pouvait désormais parler librement de ce genre de question - en évitant soigneusement, bien sûr, l'agression contre Gaza, qui venait de prendre fin, par le plus grand des hasards ( !). Juste à la veille de son intronisation ! 

    http://www.europalestine.com/spip.php?article3723


    votre commentaire
  •  

    169 ANS avant la guerre de Gaza, Heinrich Heine écrivit un poème prémonitoire de 12 lignes, sous le titre "A Edom". Le poète juif allemand parlait de l'Allemagne, ou peut-être de toutes les nations de l'Europe chrétienne. Voici ce qu'il écrivait (dans ma traduction brute) : "Pendant mille ans et plus / nous avons eu un accord / Tu me permets de respirer / J'accepte ta fureur folle // Mais parfois, quand les jours s'assombrissent / il te vient d'étranges accès / allant jusqu'à teinter tes pattes du sang de mes veines // Aujourd'hui, notre amitié se raffermit / et devient plus étroite jour après jour / Depuis que la fureur est en moi / De plus en plus chaque jour, comme en toi."

     

    Le sionisme, qui a surgi 50 ans après la rédaction de ce poème, réalise pleinement cette prophétie. Nous, Israéliens sommes devenus une nation comme toutes les nations, et la mémoire de l'Holocauste nous fait, de temps en temps, devenir comme la pire d'entre elles. Nous sommes un petit nombre seulement à connaître ce poème, mais Israël dans son ensemble l'incarne véritablement.

     

    http://www.lepost.fr/article/2009/01/19/1392482_le-patron-est-devenu-fou-par-uri-avnery-israel.html


    1 commentaire
  •  

    "La photo de famille de la brochette des Européens riant de bon cœur aux côtés de M. Olmert paraîtra dans les livres d'histoire quand l'heure sera venue d'enseigner la génération de la honte dans nos écoles."

     

    Le philosophe Manuel de Dieguez


    votre commentaire
  •  

    « La civilisation mondiale en danger »

     

    ...L'Europe endormie se trouve plus résolument cadenassée que jamais dans la cage d'un Otan au seul service des intérêts stratégiques et de la volonté d'expansion territoriale et diplomatique d'un César de la Liberté. Mais la question n'est déjà plus seulement celle de prévoir le déclin politique inévitable de l'Amérique: la raison euclidienne suffit à démontrer qu'un empire privé de sa fonction protectrice a nécessairement perdu son sceptre. En revanche, qu'en est-il du déclin volontaire de l'Europe dans un monde en ascension effervescente autour d'elle? Quels sont les secrets anthropologiques de la cécité des civilisations ?

    (...)

    Il n'était jamais arrivé que toute la classe dirigeante de la planète vît un gouffre sans fond s'ouvrir soudainement entre le pouvoir immoral qu'elle croyait exercer en toute légitimité sur des populations dûment consultées par le canal d'un suffrage universel réputé vertueux d'un côté, et l'insurrection d'une véritable conscience morale des peuples et des nations du monde entier de l'autre.

    C'est que les masses subitement dotées de moyens d'information électronique qui leur permettent de se poser instantanément et en tous lieux en juges visuels, donc infaillibles de leurs dirigeants déshonnêtes commencent de délégitimer leur immoralité. Cette suprématie des peuples sur l'âme serve de leurs élus sous le soleil constitue l'événement politique le plus inouï de l'histoire universelle, parce que les Etats indignes de notre civilisation se révèlent désarmés devant la souveraineté des preuves de leur barbarie qu'apporte aux peuples l'image en mouvement.

    (...)

    C'est pourquoi la pseudo mobilisation diplomatique de la France, de l'Allemagne, de l'Espagne, de l'Italie et de l'Angleterre qui, à l'initiative de l'Egypte, a donné l'illusion d'imposer le retrait de Gaza à une armée israélienne de tueurs et de pillards aveugles n'a fait qu'illustrer le demi avortement du dispositif militaire mis en place par tous les Etats du monde au Liban en 2006. Mais, dans le même temps, l'immoralité de l'Europe et du monde s'est trouvée à nouveau tristement soulignée, puisque tout ce petit monde s'est rendu, hilare, auprès de M. Olmert pour le prier de "faire un geste" - lequel lui avait déjà été ordonné par Washington. La photo de famille de la brochette des Européens riant de bon cœur aux côtés de M. Olmert paraîtra dans les livres d'histoire quand l'heure sera venue d'enseigner la génération de la honte dans nos écoles.

     

    Lire la suite :

    http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/moyen_orient/danger.htm


    votre commentaire
  •  

    Les syndicats appellent à manifester le 29 janvier !


    La CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, la CGT, FO, la FSU, Solidaires et Unsa appellent les salariés du public et du privé à une journée nationale de mobilisation interprofessionnelle contre les mesures d'austérité liées à la crise financière.


    votre commentaire
  •  

    Le Sarkophage, journal d'analyse politique, en kiosque depuis le 17 janvier 2009 (2 euros)
    Journal des gauches antiproductivistes dirigé par Paul Aries

     

    La prime à la casse, Paul Aries

    Face à la crise, peut-on payer les gens à ne rien faire ?, Baptiste Mylondo
    Les traders avaient du mérite, Laure Pascarel et sylvain Raifaud
    Comment la droite comble les désirs du Medef ?, Gérard Filoche
    Forçats du travail et de la consommation, Marie-Anne Dujarier
    Le coin des sophistes, Laurent Paillard
    Comment s'opposer à la ville capitaliste ?, Gustave Massiah
    Une droite toujours aussi conservatrice, Laurent Paillard
    Le plan B de Jacques Attali, Christian Jacquiau
    La bataille idéologique de la finance carbone, Aurélien Bernier
    Illusions françaises, impuissances européennes, <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on">Jean-Luc</st1:PersonName> Pujo
    Démocratie, Direct, Minga
    Les OGM, une avancée vers les humains génétiquement modifiés, Philippe Godard
    L'argent à l'agonie, Thierry Ribault
    La monnaie fondante pour échapper à la crise ?, Axel Othelet
    Pour l'écosocialisme, Raoul-Marc Jennar
    Etat d'exception ou obsession sécuritaire, Florent Bussy 


    votre commentaire
  •  

    Une lecture indispensable !

     

    http://www.art-press.fr/


    1 commentaire
  •  

    Vous êtes chaleureusement invités à participer à une Rencontre dédicace :

    Le Mercredi 28 JANVIER  2009 à partir de 19h00

    A la librairie « La Terrasse de Gutemberg »

    (Quartier BASTILLE)

    9 r Emilio Castelar 75012 PARIS

    (M° Ledru-Rollin)

    Le Blog du Roman :  http://delafrance.blogg.org/


    votre commentaire
  •  

    "Ex-Senator Considered as Envoy to Mideast" By ELISABETH BUMILLER  January 18, 2009

    WASHINGTON - People close to Secretary of State-designate Hillary Rodham Clinton said Sunday that George J. Mitchell, a former Senate majority leader and the chairman of a Middle East peace commission in 2001, was a leading candidate to be the Obama administration's special envoy to the Middle East.
    The appointment of Mr. Mitchell, a seasoned and well-regarded negotiator, would signal that President-elect Barack Obama was attaching a high priority to the Middle East and the current Gaza crisis from his first days in office. Obama transition officials declined to comment on Mr. Mitchell, but David Axelrod, Mr. Obama's senior adviser, told CNN on Sunday that Mr. Obama would move quickly to address the instability in the Middle East and hoped that the new cease-fires in Gaza would last.
    Let me say that all of us are hopeful that a cessation of violence will hold, Mr. Axelrod said.

    People close to Mrs. Clinton, who is expected to be confirmed soon after Mr. Obamas inauguration, said it was not clear how soon she would travel to the region. The sources asked not to be named because discussions about the job were still under way.

    Early trips to Europe and the Middle East are traditional for modern secretaries of state, but complicating matters are the Feb. 10 Israeli elections and a concern that Mrs. Clinton not be seen as siding with one potential prime minister over others.

    Senator Clinton has no plans for travel, and in any event, it would be premature to discuss any potential travel to the region prior to the Senate considering her nomination, said Brooke Anderson, the national security spokeswoman for the Obama transition team.

    http://fr.mc258.mail.yahoo.com/mc/showMessage?&fid=Inbox&sort=date&order=down&startMid=0&.rand=621109125&da=0&mid=1_6046_ALwKDNkAAHSwSXUGtw2uPXgFWwM&fn=Ex-Senator+Considered+as+Envoy+to+Mideast+-+NYTimes_com.htm&pid=2&vs=1&ypa=1

    [Merci à Justin]


    votre commentaire
  •  

    Crise financière, baril de Brent à plus de 140 $, crise Géorgienne, alternance à la Maison Blanche... La présidence française de l'UE a traversé - il faut le reconnaître - un contexte international particulièrement agité, un de ces moments historiques particuliers qui révèle la véritable texture d'un dirigeant à ses gouvernés, autant son génie que sa médiocrité. Constat sans appel : Il n'y eut point de génie français.

    Illusions et impuissances ont ainsi caractérisé une présidence qui aura réussi - n'est-ce pas son seul mérite ? - à incarner la forme paroxystique de ce que sont devenus aujourd'hui et notre continent, et notre pays.

    Annoncée avec tambours et trompettes, la présidence française promettait grandeur et magnificence. Des objectifs déterminés comme essentiels, un gouvernement entier sur le pont et en ordre de bataille, des annonces internationales à grands renforts de déclarations tonitruantes...tout était ainsi réuni pour assister à du grand spectacle. Ce ne fut que reculades, esbroufes et, au final, déconsidération totale d'un pays, de sa diplomatie, de son art politique. La France réduite à n'être plus que l'ombre d'elle-même. Episode baroque s'il en est. Versailles livré à une fausse aristocratie, inculte, dépravée. Le Sarkozysme dans toute sa splendeur au monde révélé.

     

    LIRE la suite : Dans le numéro en Kiosque !

     


    votre commentaire
  •  

    Le Sarkophage, journal d'analyse politique, en kiosque depuis le 17 janvier 2009 (2 euros)
    Journal des gauches antiproductivistes dirigé par Paul Aries

     

    La prime à la casse, Paul Aries

    Face à la crise, peut-on payer les gens à ne rien faire ?, Baptiste Mylondo
    Les traders avaient du mérite, Laure Pascarel et sylvain Raifaud
    Comment la droite comble les désirs du Medef ?, Gérard Filoche
    Forçats du travail et de la consommation, Marie-Anne Dujarier
    Le coin des sophistes, Laurent Paillard
    Comment s'opposer à la ville capitaliste ?, Gustave Massiah
    Une droite toujours aussi conservatrice, Laurent Paillard
    Le plan B de Jacques Attali, Christian Jacquiau
    La bataille idéologique de la finance carbone, Aurélien Bernier
    Illusions françaises, impuissances européennes, <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on">Jean-Luc</st1:PersonName> Pujo
    Démocratie, Direct, Minga
    Les OGM, une avancée vers les humains génétiquement modifiés, Philippe Godard
    L'argent à l'agonie, Thierry Ribault
    La monnaie fondante pour échapper à la crise ?, Axel Othelet
    Pour l'écosocialisme, Raoul-Marc Jennar
    Etat d'exception ou obsession sécuritaire, Florent Bussy 


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires