• <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>

     

    "Le président - Nicolas Sarkozy - paraît culturellement incapable de saisir ce que peut être la souffrance des gens au chômage, des gens qui sont en permanence sous surveillance policière".

     

    Christian Delorme, prêtre dans la banlieue lyonnaise, initiateur de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Marche" w:st="on">la Marche</st1:PersonName> pour l'égalité en 1983 et ex-membre du Haut conseil à l'intégration (1996-2002)

     

    Que vous inspirent les événements qui se sont déroulés à Villiers-le-Bel ?

    Les violences de Villiers-le-Bel s'inscrivent, en fait, dans une longue histoire. Il y a une trentaine d'années, les jeunes des banlieues se soulevaient déjà contre la police quand ils avaient le sentiment qu'une injustice insupportable était commise à leur encontre. Je me souviens, ainsi, d'émeutes dans des quartiers de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin (Rhône), à une époque - sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing - où l'on expulsait facilement hors de France des jeunes qui avaient grandi ici.

    Les motivations des jeunes de banlieue en 1983, lors de <st1:PersonName ProductID="la Marche" w:st="on">la Marche</st1:PersonName> pour l'égalité, diffèrent-elles de celles qui animent les cités aujourd'hui ?

    Mais complètement ! Il y a vingt-quatre ans, les jeunes criaient leur peur d'être tués par des policiers. D'ailleurs, le premier slogan qui a été imaginé pour la marche était : "Arrêtez de tirer, on n'est pas des lapins." Au début des années 1980, beaucoup de gamins se sont fait tuer par les forces de l'ordre après une course-poursuite ou un vol d'autoradio. Désormais, ce type d'homicide a quasiment disparu, car la justice s'est enfin décidée à sanctionner sévèrement. La situation est différente aujourd'hui.

     

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-987383,0.html 

     

    [Merci à Nicole]</o:p>


    votre commentaire
  •  

     

    «Régler la question du statut du Kosovo hors du cadre de l'ONU créerait un précédent et conduirait l'Europe sur une "pente glissante" aux "conséquences imprévisibles" ».

     

    Sergueï Lavrov, Ministre russe des Affaires étrangères.


    votre commentaire
  •  

    "La gauche doit s'allier avec la gauche, c'est-à-dire avec la société civile, avec ceux qui à gauche se battent pour un certain nombre de choses et que l'on voit dans les manifestations"<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

    Le député Noël Mamère (Verts) a estimé jeudi que Ségolène Royal "n'incarne pas l'ensemble de la gauche" et il a réfuté tout rapprochement avec le centriste François Bayrou !


    votre commentaire
  •  

    Dans quel camp est la déception après la victoire du non à la réforme constitutionnelle préconisée par Hugo Chavez? Avec près de 51% des voix et 4,5 millions de voix, l'opposition vénézuelienne profite à la fois de la démobilisation des Chavistes qui étaient sur le pont depuis neuf ans et d'une stratégie légaliste impulsée par Teodoro Pettkoff, ancien ministre du gouvernement de droite de Rafaël Caldera.

    A l'extérieur du pays, un certain nombre de détracteurs du président Chavez doivent pourtant être embarrassés. Leur schéma de pensée les avait incités à présenter ce référendum comme "joué d'avance" et comme une étape dans la "dérive totalitaire" du "dictateur populiste". A-t-on déjà vu un dictateur perdre une élection à 300000 voix? A ce compte, beaucoup de pays aimeraient avoir un dictateur comme Hugo Chavez!

    Pas de nouvelle étape dans <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Révolution">la Révolution</st1:PersonName> bolivarienne

    Les raisons de la défaite de la gauche vénézuélienne sont multiples. D'abord, les Vénézuéliens sont très satisfaits de <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Constitution">la Constitution</st1:PersonName> de 1999. Il est rare de parcourir un pays dans lequel les plus humbles peuvent citer les articles de leur Constitution et les invoquer face aux autorités locales pour faire respecter le droit social, environnemental ou les libertés individuelles.

    <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Constitution">La Constitution</st1:PersonName> "bolivarienne" de 1999 avait été abrogée par Pedro Carmona lors de son éphémère coup d'Etat d'avril 2002. L'opposition d'alors vouait aux gémonies ce texte constitutionnel, censé donner le pouvoir aux "singes", c'est-à-dire aux noirs et aux pauvres (qui sont souvent curieusement les mêmes).

    http://www.rue89.com/2007/12/04/hugo-chavez-la-paradoxale-defaite-des-neoconservateurs


    votre commentaire
  •  

    BRUXELLES, 5 déc 2007 (AFP) - L'Otan et <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Russie">la Russie</st1:PersonName> vont se retrouver vendredi à Bruxelles à la veille d'échéances cruciales pour le Kosovo ainsi que pour le désarmement conventionnel en Europe, deux dossiers sur lesquels leur antagonisme actuel risque d'affecter leurs relations.
    Les discussions sur le statut du Kosovo, toujours dans l'impasse, doivent faire l'objet d'un ultime rapport de la "troïka" Russie-UE-USA de négociateurs aux Nations unies le 10 décembre.
    Au contraire de la plupart des pays de l'Otan, Moscou appuie <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Serbie">la Serbie</st1:PersonName> qui s'oppose à toute indépendance de sa province à majorité albanaise, administrée par l'ONU depuis 1999.
    Dès jeudi soir, lors d'un "dîner transatlantique", Mme Rice et ses homologues des 25 autres pays de l'Otan auront eu l'occasion de se concerter sur tous ces sujets avec les six Etats de l'Union européenne qui n'appartiennent pas à l'alliance militaire (Autriche, Chypre, Finlande, Irlande, Malte et Suède).


    votre commentaire
  •  

    The President highly praised Jacques Chirac's personal contribution towards creating and strengthening Russian-French cooperation, something that is developing successfully today.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p><o:p> </o:p><o:p>Dépêche officielle du Kremlin !</o:p>

    votre commentaire
  •  

    Meeting sur le traité de Lisbonne

     

    Ensemble exigeons un référendum !

     

    Vendredi 7 décembre à 20h30, à Belfort

     

    http://www.chevenement.fr/Meeting-sur-le-traite-de-Lisbonne-Ensemble-exigeons-un-referendum,-vendredi-7-decembre-a-20h30,-a-Belfort_a500.html?preaction=nl&id=3345999&idnl=29078&

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    votre commentaire
  •  

    LETTRES A <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="LA GENERATION DE" w:st="on">LA GENERATION DE</st1:PersonName> <st1:PersonName ProductID="LA LIBERTE" w:st="on">LA LIBERTE</st1:PersonName>

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    « Le naufrage intellectuel du parti socialiste »

     

    Quelles sont les relations intimes que la personnalité d'un haut dirigeant doit entretenir avec la lucidité, la cohérence et l'éloquence de son discours ? (...)

    L'effondrement cérébral et politique du parti socialiste illustre à merveille les carences psycho-somatiques de ses dirigeants, mais également le lien serré qui rattache le cerveau des vrais chefs d'Etat à l'élévation de leur âme. (...)

    Si l'idéologie socialiste interdit aux patries d'endosser à la fois l'armure du social et celle des nations, la gauche périra pour n'avoir pas découvert l'Etat . Car armer la nation, ce n'est pas bâtir dans les nues un Etat socialiste solitaire et superbe, mais s'interroger sur l'avenir nécessairement commun du socialisme et d'une vraie science des Etats.  (...)

    suite :

    http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/europolitique/generation10.htm


    votre commentaire
  •  

    Des souverainistes de droite et de gauche se sont retrouvés hier contre le projet de «Constitution européenne bis».

     

    «Coup d'état», «haute trahison», «viol»... Les partisans d'un référendum sur le projet de «Constitution européenne bis» n'ont pas eu de mots assez durs, hier, contre la décision de Nicolas Sarkozy, conformément à ses engagements de campagne, de faire adopter le nouveau traité européen par la voie parlementaire. Pour l'occasion, Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la République" w:st="on">la République</st1:PersonName>, Marie-Noëlle Lienemann, député européen socialiste, ou Pierre Lefranc, ancien chef de cabinet du général de Gaulle, se sont retrouvés à la même tribune. À l'unisson, ils ont appelé tous les «républicains» à la «résistance».

    «Nous sommes à la veille d'un coup d'État. On est en train de violer la nation. Nous devons résister pour faire respecter la liberté du peuple», a lancé Pierre Lefranc, faisant allusion au référendum du 29 mai 2005 par lequel 55 % des Français avaient rejeté <st1:PersonName ProductID="la Constitution" w:st="on">la Constitution</st1:PersonName> européenne. «Même ceux qui ont été pour le oui doivent se dresser pour demander un référendum», a enchéri Marie-Noëlle Lienemann. «Les forces de gauche», a-t-elle dit, «ne peuvent pas refuser la parole au peuple».

     

    http://www.lefigaro.fr/politique/2007/12/03/01002-20071203ARTFIG00486-europe-affiche-ineditedans-le-camp-pro-referendum.php


    votre commentaire
  •  

    Jean-Pierre Chevènement : « a été d'une loyauté totale dans cette campagne ». « C'est l'un des rares hommes de l'équipe de campagne qui faisait référence à Mitterrand ».

     

    Ségolène ROYAL « Ma plus belle histoire, c'est vous » - éditions Grasset.


    votre commentaire
  •  

    «Une Gauche à <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Pyrrhus" w:st="on">la Pyrrhus</st1:PersonName> ?»

     

    <st1:PersonName ProductID="La Gauche" w:st="on">La Gauche</st1:PersonName> peut gagner les municipales mais elle peut être vaincue par ses propres conquêtes, comme en 2004. Six mois après sa défaite à la présidentielle et trois mois avant les élections municipales, le Parti Socialiste ne semble faire preuve d'aucune lucidité quant aux causes de son échec. Incapable de sortir des petits conflits de personnes, il est en train de rater son renouvellement idéologique. Incapable de répondre à la question essentielle de la mondialisation, il s'abaisse à laisser deux des siens – Pascal Lamy et DSK – diriger l'OMC et le FMI, dont le rôle est précisément de renforcer le processus de dérégulation planétaire. Incapable en France de faire une critique efficace de la politique sarkozyenne, il se contente d'en critiquer le " style " ou la " méthode ". Incapable de rassembler <st1:PersonName ProductID="La Gauche" w:st="on">la Gauche</st1:PersonName>, il s'acharne, en guise de stratégie électorale, à éradiquer ses derniers partenaires (PCF, MDC et Divers Gauche) et laisse son allié radical de gauche flirter avec les radicaux de droite de Jean-Louis Borloo.

     

    http://www.humanite.fr/2007-12-01_Tribune-libre_Une-gauche-a-la-Pyrrhus


    votre commentaire
  •  

    04 décembre 2007 - 02 mars 2008

    Pour le grand public contemporain, l'Enfer de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Bibliothèque" w:st="on">la Bibliothèque</st1:PersonName> s'entend comme une légende, un fantasme, le territoire majeur de l'interdit qui alimente en retour toutes les curiosités. Mais l'écart est grand entre ce mythe et la réalité. Aussi l'ambition de l'exposition que <st1:PersonName ProductID="la BnF" w:st="on">la BnF</st1:PersonName> consacre à cette part obscure de ses collections consiste-t-elle à lever le voile sur la vérité de l'Enfer. Il convient d'abord de retracer l'histoire, pleine de surprises, de la constitution de ce lieu abstrait, mental – une « cote », un numéro de classement qui le désigne à la consultation « réservée » – où sont rassemblés textes et images réputés contraires aux bonnes mœurs. L'exposition propose un double parcours. L'un concerne l'histoire : comment l'Enfer s'est-il constitué au département des Imprimés et au département des Estampes ? Comment a-t-il évolué ? Le second propose une déambulation à travers le contenu de l'Enfer : quels sont les livres, les documents, les images que l'on a classés là ? Ces parcours à travers la littérature telle qu'elle n'est pas enseignée vont à la rencontre d'un monde imaginaire où les personnages obéissent à toutes les fantaisies du désir, où l'excès de la parole devient pamphlétaire et le discours politique, pornographique. Ce monde c'est celui de l'anonymat, du pseudonyme, des fausses adresses, des dates trompeuses, des éditeurs clandestins, des lieux clos, celui des couvents, des boudoirs, des bordels, des prisons mais aussi des bibliothèques. Des écrivains tels que Sade, Apollinaire, Louÿs, Bataille et quelques autres en sont les acteurs à jamais anonymes de la célébration de l'érotisme et du sexe entre le XVIe et le XXe siècle. Une large place est offerte aux premières manifestations de la photographie pornographique et de même sont exposées les estampes japonaises entrées à <st1:PersonName ProductID="la Bibliothèque" w:st="on">la Bibliothèque</st1:PersonName> grâce à la générosité des premiers collectionneurs occidentaux.

    http://www.bnf.fr/pages/zNavigat/frame/cultpubl.htm?ancre=exposition_731.htm


    votre commentaire