• La Conférence internationale des Blogs, Le web 3, se réunira les 11 et 12 décembre à Paris pour faire le point sur les nouveaux enjeux du web 2.0, l'internet socialisant et interactif, a annoncé mercredi l'organisateur de l'événement, Loïc Le Meur.
    Le web 3 (www.web3.com) est une sorte de "Davos des blogueurs" rassemblant mille acteurs de l'internet, de 36 pays, "dont une minorité (40%) de Français", mobilisés "via les blogs et par le bouche à oreille sur le Net".<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />
    http://www.leweb3.com/

    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    À l'occasion de la réédition de «La libération d'Orléans», de Régine Pernoud, le grand médiéviste s'interroge sur la naissance du sentiment national et sur ce que la connaissance historique peut apporter à la politique.


    LE FIGARO LITTÉRAIRE. - Dans votre postface au livre de Régine Pernoud, intitulé « La fin de la France anglaise », vous affirmez que la libération d'Orléans, en 1429, serait un des premiers « hauts lieux de notre mémoire nationale ». Vous allez jusqu'à le comparer à Verdun. Pourquoi ?


    Jacques LE GOFF. - Aux yeux des historiens militaires, le siège d'Orléans apparaît comme une péripétie de la guerre de Cent Ans, si on le compare aux grandes batailles rangées, toutes d'ailleurs perdues par les Français (Crécy, Poitiers, Azincourt). Mais il a joué un rôle essentiel dans l'histoire des mentalités. Régine Pernoud l'avait perçu dans son livre. J'ai voulu insister sur sa signification. Ce siège marque la première victoire française, et une victoire à laquelle les contemporains ont donné une grande importance. Il existe une représentation théâtrale, un « mystère » comme on disait au Moyen Âge, contemporain de l'événement, puisqu'il a été composé et joué entre la mort de Jeanne d'Arc, en 1431, et le procès de Gilles de Rais, en 1440, qui le montre très bien.


    http://www.lefigaro.fr/litteraire/20061207.FIG000000162_comment_gouverner_sans_l_histoire_.html


    votre commentaire
  •  


    La municipalité de Lepe, dans le sud de l'Espagne, a "décrété" qu'il neigerait chaque jour pendant 15 minutes sur sa place centrale pendant les fêtes de fin d'année.
    C'est qu'à Lepe, en pleine Andalousie, on a fait son deuil de passer Noël sous une neige qui n'est plus tombée sur la commune depuis un demi-siècle.
    MAS DE 3.000 personas colapsaron desde las 19.30 horas de ayer la zona centro de Lepe para presenciar en vivo la nevada artificial organizada por el ayuntamiento de esta localidad con motivos de las fiestas de Navidad. La nevada se desarrollará cada día y durante quince minutos hasta el próximo día 5 de enero.


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    Les récentes tentatives de faire émerger un islam à la française se heurtent à la résistance des pays d'origine, soucieux de conserver leur influence.


    LA FORMATION des imams devait être la clé de voûte d'un islam apaisé, intégré à la République, d'un islam français. Elle reste précaire, peu contrôlée et de plus en plus dispersée. À Lille, l'ancien président de la Fédération des musulmans de France (FNMF, proche du Maroc) vient d'ouvrir l'institut Avicenne. Mohammed Bechari a longtemps siégé au CFCM où on peinait à le classer. Évincé depuis de cette instance, il s'est replié sur ce projet d'institut, profitant de ses liens avec les pays du Golfe au sein de la Ligue islamique mondiale pour obtenir un financement. Le Qatar et la Libye ont promis d'assurer les 330 000 euros de fonctionnement annuel de l'institut, sans s'immiscer dans les contenus. La mairie de Lille a fourni le bâtiment en plein centre-ville et signé un bail emphytéotique. « Un coup de pouce de mon amie Mar­tine Aubry qui n'a pas besoin de ­cela pour obtenir les voix des musulmans », assure Mohammed Bechari, qui entretient depuis longtemps des liens avec le PS local.


    http://www.lefigaro.fr/france/20061207.FIG000000002_la_formation_des_imams_echappe_au_controle_de_l_etat.html


    votre commentaire




  • Iam - La fin de leur monde
    Vidéo envoyée par dagar

    votre commentaire
  •  

    In light of the importance of Iraq to United States interests and the future of the region, there is urgent need for a bipartisan, forward-looking assessment of the situation in Iraq.
    At the urging of Congress, the United States Institute of Peace is facilitating the bipartisan Iraq Study Group, led by co-chairs James A. Baker, III, former secretary of state and honorary chairman of the James A. Baker III Institute for Public Policy at Rice University, and Lee H. Hamilton, former congressman and director of the Woodrow Wilson International Center for Scholars. The Iraq Study Group will conduct a forward-looking, independent assessment of the current and prospective situation on the ground in Iraq, its impact on the surrounding region, and consequences for U.S. interests.
    The United States Institute of Peace is facilitating the group with the support of the Center for Strategic and International Studies (CSIS), the Center for the Study of the Presidency (CSP), and the James A. Baker III Institute for Public Policy at Rice University.
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p><o:p> </o:p>

    http://www.usip.org/isg/iraq_study_group_report/report/1206/index.html


    votre commentaire

  • L'autre grand enseignement de ce baromètre est le maintien de la cote d'avenir de Jean-Marie Le Pen à un niveau très élevé : 18 % des Français souhaitent aujourd'hui que Jean-Marie Le Pen joue un rôle important dans les mois et les années à venir ; ils n'étaient que 12 % il y a deux mois. La cote d'avenir de Jean-Marie Le Pen est particulièrement élevée parmi les commerçants et les artisans (32 %) mais également chez les ouvriers (26 %) ; de même, on constate qu'une fraction non négligeable de l'électorat UDF-UMP (10 %) souhaite aujourd'hui que Jean-Marie Le Pen joue un rôle important dans les mois et les années à venir.


    http://www.tns-sofres.com/etudes/pol/011206_barofig_n.htm


    votre commentaire




  • APPRENTIS SORCIERS I
    Vidéo envoyée par canalchalo

    votre commentaire
  •  


    « Un sentiment d'inquiétude global en progression »

    Les préoccupations majeures des Français se renforcent nettement ce mois-ci, mais de manière inégale ; la hiérarchie du groupe de tête s'en trouve ainsi modifiée.
    Le chômage reste toujours la préoccupation principale des Français, et le léger mouvement d'amélioration perçu lors des deux dernières vagues est mis à mal ce mois-ci :


    http://www.tns-sofres.com/etudes/pol/291106_preocconso_r.htm


    votre commentaire
  • "Nous dénonçons l'Appel à manifester contre l'ordonnance du juge BRUGIERE"


    La Communauté Rwandaise de France appelle à une manifestation - samedi 9 décembre prochain - contre l'ordonnance du juge Brugière qui affirme « un lien de cause à effet entre la mort du président Habyarimana et le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 ».



    Le drame du Rwanda et le génocide des Tutsis nous touchent tous, mais nous ne participerons pas à cette manifestation.


    Dirigée contre un juge pour en dénoncer le travail, elle est malvenue et insupportable.


    De quoi a-t-on peur ? De quelle Vérité ?



    Nous sommes bien sûr solidaire du peuple Rwandais notamment dans sa démarche de vérité et de réconciliation nationale, mais les accusations portées contre la France  sont inacceptables comme tous les amalgames douteux.


    C'est dans cet esprit que les Clubs « Penser La France » veulent dire leur soutien  au travail du Juge Brugière et appelle tous les « bons esprits » à plus de réflexions sur un drame extrêmement complexe aux dimensions internationales souvent ignorées.


    2 commentaires
  • Après avoir affirmé l'existence du génocide arménien, le législateur s'est engagé dans une procédure visant à réprimer pénalement la négation de ce génocide. Cette proposition de loi, votée en première lecture par l'Assemblée nationale, s'inscrit à la suite d'une liste déjà longue de dispositions visant, soit à interdire la manifestation d'opinions, soit à écrire l'histoire et à rendre la version ainsi affirmée incontestable (loi Gayssot sur le génocide juif, loi sur l'esclavage, loi sur la colonisation). D'autres propositions sont déposées (sur le blasphème ou sur le prétendu génocide du peuple algérien commis par la France...).


    Lire la suite : http://www.revue-republicaine.fr/spip.php?article1328


    votre commentaire
  •  


    Ségolène devant les soldats de la FINUL au Liban :
    "Je crois que les survols doivent cesser parce que c'est à la fois l'intérêt d'Israël et l'intérêt du Liban. Il faut respecter le mandat de l'Onu, le mandat de la Finul et donc il faut que ces survols cessent" (Reuters 1/12/06).
    Et lors de sa rencontre avec le Général Alain Pélégrini, commandant de la FINUL, elle demande l'arrêt des survols israéliens qui mettent « en difficulté la Finul, portent atteinte à sa crédibilité » (Reuters, 1/12/06).
    Trois jours plus tard, Ségolène avec le premier ministre Ehud Olmert justifie les survols des positions de la Force intérimaire des Nations unies au Liban par des appareils israéliens :
    "Je sais que ces survols sont liés à la défense de la sécurité d'Israël". (AFP, 4/12/06).
    Et le CRIF ?
    Le Président du CRIF, M. Cukierman, réagit d'abord vivement contre Ségolène... puis quelques jours plus tard « Le Crif salue le soutien de Royal à Israël ».
    La valse continue, entre approximations et intérêts partisans ou communautaires.
    Pour qui nous prend-t-on ?
    Est-ce vraiment la France que nous voulons ?
    Doit-on nécessairement accepter ce choix exécrable entre Ségolène, Nicolas et Le Pen ?


    votre commentaire