• DGA de TNS Sofres et codirecteur du département Stratégies d'opinion


    22 déc 2006 - Après le ralliement de Bruno Mégret à Jean-Marie Le Pen, Brice Teinturier fait le point sur les forces et faiblesses de Jean-Marie Le Pen dans l'opinion. A l'aune des résultats du dernier baromètre TNS Sofres sur l'image du FN, il affirme qu'il est fallacieux de prétendre qu'on assiste à une poussée des idées d'extrême droite dans la société française.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    http://2007.tns-sofres.com/interview.php?id=216


    1 commentaire


  •  

    La concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère de notre planète atteint aujourd'hui un niveau supérieur à tout ce qu'elle a connu depuis plus d'un demi-million d'années. Démarrée au début de l'ère industrielle, vers les années 1880, cette hausse est essentiellement due à l'accumulation des émissions croissantes de gaz carbonique et de méthane résultant de l'acti­vité humaine. Si nous ne faisons rien, cette hausse va se poursuivre.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/debats/20061226.FIG000000006_la_france_doit_rester_en_tete_de_la_lutte_contre_le_rechauffement_climatique.html 



     

    Liste des signataires :

    Prix Nobel

    M. Georges Charpak, Académicien des Sciences, Prix Nobel de Physique, Paris France M. Pierre Gilles De Gennes Académicien des Sciences, Prix Nobel de Physique, Paris France M. Jean Marie Lehn Académicien des Sciences, Prix Nobel de Chimie Strasbourg France Parlementaires Mme Roselyne Bachelot, Députée européenne, ancienne ministre de l'environnement, Strasbourg France M Jean-Pierre Chevènement ancien ministre, Maire de Belfort, Belfort France M. Michel Destot Député-Maire de Grenoble, Grenoble France Mme Françoise Dutheil, Secrétaire Nationale du Parti Radical Neuilly S/Seine France M. Jean Yves Le déaut Député de Meurthe et Moselle, membre de l'OPECST Briey France M. Michel Rocard, ancien Premier Ministre, Paris France<o:p> </o:p>

    La suite : http://www.lefigaro.fr/debats/20061226.WWW000000150_la_liste_des_signataires.html


     


    [Merci Nicole]


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    « Construire une Europe politique » par Jürgen Habermas

    <o:p> </o:p>

    J'ai toujours été fier de ma patrie rhénane et de ce qui la caractérise  : le caractère civil de sa tournure d'esprit, sa capacité à maintenir une certaine distance rhénano-prussienne à l'égard de Berlin, et son ouverture à l'Ouest et à l'influence libérale de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la France" w:st="on">la France</st1:PersonName> républicaine. C'est d'ici que <st1:PersonName ProductID="la République" w:st="on">la République</st1:PersonName> fédérale a atteint son objectif de souveraineté — ce qui n'a été possible qu'en relation étroite avec l'unification politique de l'Europe, de même que c'est essentiellement grâce au cadre européen que nous avons retrouvé notre unité nationale. Aussi est-ce le génie des lieux lui-même qui nous invite à réfléchir à ce constat irritant  : la dynamique européenne est, en dépit de ses bienfaits, aujourd'hui en train de s'épuiser.


    Le repli sur l'État national favorise dans de nombreux pays l'introversion  : le thème européen n'a plus bonne presse, et on préfère se concentrer sur l'ordre du jour national. Chez nous, à longueur de talk-show, grands-pères et petits-fils s'étreignent dans l'émotion que fait naître en eux un nouveau patriotisme tout droit sorti de boutiques de "bien-être". Dans la compétition mondialisée, la certitude de saines racines nationales doit rendre "capable d'avenir" une population amollie par les effets de l'État-providence. Voilà bien une rhétorique qui s'accorde avec l'état actuel d'un politique mondiale que son darwinisme social déchaîne.

    <o:p></o:p> 

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-849693,0.html


    votre commentaire
  •  


    L'Europe, <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Russie" w:st="on">la Russie</st1:PersonName>, l'Iran, les Etats-Unis, l'Inde, <st1:PersonName ProductID="la Chine" w:st="on">la Chine</st1:PersonName>, l'Afrique du Sud, le Brésil, l'Australie... Où que les regards se tournent, aucune zone du globe n'échappe, dans ses débats sur l'énergie, à la "contamination" nucléaire.

    Pour la première fois, <st1:PersonName ProductID="la Commission" w:st="on">la Commission</st1:PersonName> européenne commence à plaider pour cette source d'énergie, mais de façon suffisamment discrète pour ne pas heurter de front les Etats membres ayant programmé la fermeture de leurs centrales atomiques. De leur côté, des producteurs de gaz et de pétrole comme <st1:PersonName ProductID="la Russie" w:st="on">la Russie</st1:PersonName> et l'Iran veulent développer l'atome civil pour produire leur électricité et réserver à l'exportation ces hydrocarbures qui assurent une grande part des rentrées de devises.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-849765,0.html

    <o:p></o:p> 

    Photo : La centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly, dans le Loiret.


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    Il aime peindre des lièvres et des coyotes, des scorpions, des crapauds, des chauves-souris, la faune obscure de cette terre brûlante qui a fasciné Eisenstein et Malcolm Lowry. Mais lièvres et coyotes ne hantent plus les ravins ou les sierras, ils sont dans les rues d'Oaxaca. Les uns chassent, avec des listes de noms, des photos, des questions. Les autres se cachent, pour échapper à la prison. "Les hommes, dit Francisco Toledo, sont bien plus terribles que les pauvres animaux."


     


    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-849786,0.html


    votre commentaire

  • <?xml:namespace prefix = v ns = "urn:schemas-microsoft-com:vml" /><v:shapetype id=_x0000_t75 stroked="f" filled="f" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" o:preferrelative="t" o:spt="75" coordsize="21600,21600"><v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path o:connecttype="rect" gradientshapeok="t" o:extrusionok="f"></v:path><?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:lock aspectratio="t" v:ext="edit"></o:lock></v:shapetype><v:shape id=_x0000_s1026 style="MARGIN-TOP: -174pt; Z-INDEX: 1; MARGIN-LEFT: -70.85pt; WIDTH: 16.5pt; POSITION: absolute; HEIGHT: 23.25pt; wrap-distance-left: 0; wrap-distance-top: 0; wrap-distance-right: 0; wrap-distance-bottom: 0; position-horizontal: absolute; position-horizontal-relative: text; position-vertical: absolute; position-vertical-relative: line" alt="" type="#_x0000_t75" o:allowoverlap="f"><v:imagedata o:title="webmail?ID=IigLN24VKo4ZQE9hXKhzcsVjt1UJQsBhzyRDo_J1kPGS1mQ5qMQ7duoP&Act_View=1&R_Folder=aW5ib3g=&msgID=7322&Body=2" src="file:///C:\DOCUME~1\JEAN-L~1\LOCALS~1\Temp\msohtml1\01\clip_image001.gif"></v:imagedata><?xml:namespace prefix = w ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:word" /><w:wrap type="square"></w:wrap></v:shape>Les Français ont désormais une vision majoritairement négative de l'euro. Selon un sondage TNS Sofres pour l'hebdomadaire Le Pèlerin à paraître jeudi 28 décembre, 52 % des Français estiment que la monnaie unique a été "une mauvaise chose" pour <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la France">la France</st1:PersonName> en général. Seuls 46 % pensent que le remplacement du franc par l'euro, le 1er janvier <st1:metricconverter w:st="on" ProductID="2002, a">2002, a</st1:metricconverter> été une bonne chose. Le sondage a été réalisé les 23 et 24 novembre auprès de 1 000 personnes représentatives de la population française et âgées de 15 ans et plus. En décembre 2003, les opinions négatives sur ce sujet ne représentaient encore que 45 % des sondés, selon une enquête réalisée pour le Nouvel Observateur.

    <o:p> </o:p>

    [Merci Nicole]


    votre commentaire
  •  

    Un sujet sérieux traité avec humour : L'aspect sérieux de l'enquête n'enlève rien à la dérision avec laquelle le sujet est traité. Néanmoins, en arrière-plan, c'est toute l'histoire politique française de ces dernières décennies qui est racontée comme un savoureux thriller

    L'histoire : <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="La Sorbonne">La Sorbonne</st1:PersonName>, 6 juin 2098 : Elzéar KESSEL, étudiant en Sciences Politiques, présente sa thèse de doctorat à 'un jury composé, conformément aux lois sur la discrimination positive, d'un afro-européen à forte corpulence, d'une musulmane tendance opposante au voile et d'un juif homosexuel souscatégorie ashkénaze'. Son sujet : un des phénomènes politiques les plus fascinants du début du siècle le SARKOZYSME
    Sur 128 pages, de la réalité de ses origines familiales à la prise de l'UMP, de son enfance 'difficile' à ses rapports avec Jacques CHIRAC, de ses premiers pas en politique à ses amitiés médiatiques, de l'élimination féroce de ses rivaux à l'exploitation de sa vie privée, de ses traverséesdu désert à ses ascensions fulgurantes, de BALLADUR à VILLEPIN, du Kärcher aux 'affaires', ce sont 50 ans de la vie du candidat Président qui sont retracés avec minutie et humour.
    Loin des clichés et des visions simplistes, mais avec un sens de la satire et de la parodie vertigineux, cet ovni journalistique captive de la première à la dernière bulle.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

    1 commentaire
  •  



    CHARTE DU CANAL ST MARTIN
    "POUR L'ACCES DE TOUS A UN LOGEMENT"



    PREAMBULE



    Nous, citoyens et citoyennes, refusons la situation inhumaine que vivent certains d'entre nous, sans domicile fixe. Nous voulons que soit mis fin à ce scandale, à la honte que cela représente pour un pays comme le nôtre.
    La Constitution garantit le droit à la dignité, à des moyens convenables d'existence, et nous avons un devoir d'assistance à personne en danger.
    Nous n'acceptons plus que les plus fragiles ou les plus pauvres soient laissés au bord de la route.
    Il faut rompre avec les solutions provisoires, les logiques d'urgence qui aggravent la précarité et condamnent tant de personnes à une souffrance insupportable, et même certaines à une mort prématurée.
    Nous demandons à l'Etat de mettre en place dès aujourd'hui une politique ambitieuse garantissant l'accès de tous à un vrai logement, à travers les mesures suivantes. Pour la dignité de tous.


    Lire la charte en son entier : http://www.lesenfantsdedonquichotte.com/v2/charte.php


    [Merci à Antoine]


    2 commentaires
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    Lionel Jospin s'est vite réjoui du ralliement de Jean-Pierre Chevènement à la candidature de Ségolène Royal. L'ancien premier ministre, qui participait le 12 décembre à une réunion publique à Paris, y a vu un "retour à la raison". Et, a-t-il ajouté amèrement, en se référant au 21 avril 2002 où la candidature de son ancien ministre avait, à ses yeux, contribué à sa défaite, "si ce dispositif avait été respecté, je serais sorti nettement en tête du premier tour et nous aurions peut-être gagné la présidentielle". Le soutien du président du Mouvement républicain et citoyen (MRC), après celui du Parti radical de gauche (PRG), permet à la gauche de gouvernement d'espérer conjurer le spectre d'un nouveau 21 avril. Mais elle tente aussi de gommer son clivage européen du 29 mai 2005.

    <o:p> </o:p>

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-849417,0.html


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    SOMALIE : Contre-offensive gouvernementale près de Baidoa

    <o:p> </o:p>

    Les forces gouvernementales somaliennes, soutenues par l'armée éthiopienne ont contraint, mardi 26 décembre au matin, les troupes des Tribunaux islamiques à desserrer l'étau autour de Baidoa, la ville où est retranché depuis 2005 le gouvernement de transition. Ce mouvement de retraite, également constaté sur le front situé plus au nord, est intervenu au lendemain des bombardements par l'aviation éthiopienne des aéroports de Mogadiscio, la capitale contrôlée depuis juin par les islamistes, et de Baledogle, ville située à <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:metricconverter ProductID="90 km" w:st="on">90 km</st1:metricconverter> au sud-ouest. Simultanément, le gouvernement de transition a annoncé la fermeture de toutes les frontières du pays.

    <o:p> </o:p>

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-849422@51-754471,0.html


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    « Le chaos règne en Haïti »

    <o:p> </o:p>

    Le crime, horrible, a bouleversé Haïti. Brillante étudiante de 20 ans, Farah Dessources a été torturée et assassinée par ses ravisseurs. Son corps mutilé a été retrouvé à la mi-novembre. Sa mère, de condition modeste, avait pourtant versé une rançon. Quelques jours plus tard, le 25 novembre, apparaissait le cadavre d'un enfant de 6 ans, Carl Roobenz Francillon. Enlevé à la sortie de l'école, il avait été étranglé bien que ses parents aient également payé ce que réclamaient ses ravisseurs.

    <o:p> </o:p>

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-849472,0.html


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    Entretien avec le président Roumain : « La démocratie ne peut exister qu'avec l'UE et l'OTAN"

    <o:p> </o:p>

    Qu'attend <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Roumanie" w:st="on">la Roumanie</st1:PersonName> de l'Union européenne et que peut offrir ce pays à l'Europe ?



    Par sa révolution de 1989, <st1:PersonName ProductID="la Roumanie" w:st="on">la Roumanie</st1:PersonName> a décidé de réintégrer la famille démocratique. Sa présence dans cette famille est garantie par la seule institution capable de le faire : l'Union européenne. Croyez-vous qu'on peut bâtir un Etat démocratique en dehors de l'UE ? Nous sommes depuis toujours entourés par les grandes puissances du bassin de la mer Noire et nous avons appris que la démocratie ne peut exister qu'à l'intérieur de grands ensembles comme l'UE et l'OTAN.

    <o:p> </o:p>

    Photo : Le président roumain Traian Basescu lors d'un discours au Parlement à Bucarest, le 18 décembre 2006



    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-849437,0.html


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires